Déjeuners de soleil

couverture

Auteur : Leon-Paul Fargue

Asin B078WVFHNV

Présentation : « La chronique doit avoir une philosophie. Et même, elle doit être une philosophie. Non pas à la façon dont l’entendait Homais l’apothicaire, quand il s’adressait à Charles Bovary ou au curé Bournisien, mais plutôt à la façon des chansonniers montmartrois, et principalement de ceux du Chat Noir de jadis, qui chantaient la chronique comme les soldats chantent l’amour et la nostalgie.
J’ai eu tout jeune la révélation de la chronique. J’avais un oncle qui cachait sous son bureau quelques bouquins invraisemblables pour moi, une sorte de petite cave qui contenait Monsieur de Bougrelon, les Mémoires de Marmontel, des anonymes du XVIIIe siècle, le Paris de Dulaure, monument discutable, et, je ne sais trop pourquoi, la Mascarade de l’Histoire, de Pierre Véron, un fameux bonhomme, et spirituel jusqu’aux battements des cils.  »
Extrait