Calligrammes: Poèmes de la paix et de la guerre

couverture

Auteur : Guillaume Apollinaire

Asin B07BN46KD9

Résumé : Influencé par la poésie symboliste dans sa jeunesse, admiré de son vivant par les jeunes poètes qui formèrent plus tard le noyau du groupe surréaliste (Breton, Aragon, Soupault – Apollinaire est l’inventeur du terme « surréalisme »), il révéla très tôt une originalité qui l’affranchit de toute influence d’école et qui fit de lui un des précurseurs de la révolution littéraire de la première moitié du XXe siècle. Son art n’est fondé sur aucune théorie, mais sur un principe simple : l’acte de créer doit venir de l’imagination, de l’intuition, car il doit se rapprocher le plus de la vie, de la nature.
C’est le poète français Guillaume Apollinaire qui est à l’origine du mot (formé par la contraction de « calligraphie » et d’« idéogramme »), dans un recueil du même nom (Calligrammes, 1918). Étymologiquement, ce mot-valise signifie « belles lettres » dans la mesure où il reprend l’adjectif grec kallos et le nom gramma qui signifie « signe d’écriture, lettre ». Il s’agissait donc pour Apollinaire d’« écrire en beauté ». Il aurait ainsi déclaré parodiquement à son ami Picasso : « Anch’io son’ pittore ! » (« Moi aussi je suis peintre ! »). Cette forme particulière de poésie est parfois nommée « poésie graphique ». Les premiers « poème-dessin » seraient du à Simmias de Rhodes, poète grec du ive siècle av. J.-C., en représentant une hache, un œuf et des ailes de l’amour.
Source : fiches Wikipédia consultée le 15/02/2018.