La vie inspirée d’Emerson

couverture

Auteur : Régis Michaud

Asin B01M5HU09U

Présentation  : Ce livre est la moisson de plusieurs années de ma vie passées dans l’intimité de Ralph Waldo Emerson. J’en ai conçu la première idée dans la maison même du sage, parmi ses livres, ses cahiers, parmi ses paysages familiers. J’ai refait pas à pas ses lectures, ses promenades, j’ai interrogé ceux qui l’ont connu. Comment oublierai-je jamais ces semaines d’enchantement sous les beaux ormes de Concord, dans la forêt d’érable ou la pinède, au bord de Walden ?… Comment oublierai-je l’hospitalité touchante de la famille Emerson ?
Des années sont passées. Dans ma musette de soldat j’emportai les Essais de la petite édition Nelson pendant trois années de guerre. Puis j’ai continué mon exploration dans les bibliothèques américaines et, pour mieux connaître le sage, j’ai pris à cœur de ressusciter a ceux qui l’avaient entouré, lisant bien des livres, des journaux, des revues, des mémoires, des correspondances, lisant et relisant Thoreau et Carlyle… De la vaste littérature emersonienne, je crois n’avoir rien manqué d’important, tout en revenant constamment, fervemment au journal et aux œuvres d’Emerson. Sous chaque ligne de mon livre je pourrais ainsi mettre des références et souvent j’ai fait tenir en quelques pages des tomes entiers…
Je n’ai rien embelli, rien inventé, j’ai seulement dramatisé, m’efforçant de sentir et de reproduire l’allure, le rythme même d’une vie une entre toutes, vie toute en pensée. De roman au sens populaire du mot, il n’y en a pas l’ombre dans l’existence d’Emerson. « Les événements extérieurs ne sont rien, déclarait-il, l’homme intérieur est tout. » Et cependant, il n’a cessé d’affirmer la valeur hautement romanesque de l’existence. Sa vie a été une perpétuelle curiosité, une perpétuelle attente, une perpétuelle admiration. Le romanesque dont Emerson aimait à parer l’existence était un romanesque d’idée. Le roman de la vie, selon lui, c’était la rencontre, le rapprochement possibles du réel et de l’idéal, de l’univers vécu et de l’univers pensé dans un esprit vaste et un ni cœur chaleureux, rencontre, rapprochement toujours incertains, aléatoires, problématiques, et qui donnaient à la vie son caractère aventureux, poétique et fictif…
Ce sont les aventures spirituelles d’Emerson que je raconte. Ce livre est l’histoire d’une pensée, d’un homme-pensée que jamais rien ne vint distraire de sa tâche, l’adoration des lois, la méditation des mystères de l’âme et de la vie. Aurai-je atteint mon but sans lasser la patience du lecteur ?
Régis Michaud.