Archives par mot-clé : Matgioi

La voie métaphysique

La Voie RationnelleAuteur:A. de Pouvourville) Matgioi
« Je dois essayer ici d’ouvrir au vingtième siècle occidental ce trésor caché depuis cinq mille années, et ignoré même par quelques-uns de ses gardiens. Mais je veux d’abord établir les principaux caractères de cette tradition, grâce auxquels elle apparaît comme Tradition Première, et par suite véritable, et surtout déterminer, par la preuve humaine et tangible que nous laissèrent leurs auteurs, comment les monuments de cette tradition remontent à une époque, où, dans les forêts qui couvraient alors l’Europe et même l’occident de l’Asie, les ours et les loups ne se distinguaient guère des hommes, comme eux couverts de poils et mangeurs de chair crue.
Lorsque Fohi, cet empereur énigmatique, écrivit, trois mille sept cents ans avant Jésus Christ, c’est-à-dire deux mille trois cents ans avant Moïse, les arcanes métaphysiques et cosmogoniques qui servirent de trame au Yiking, il déclara tirer très respectueusement son enseignement du passé, en le déclarant très savant, très prudent, et très difficile à déterminer.
Et, dit-il, il comprend qu’un jour, pour les races futures, son époque sera un passé pareillement abstrus et difficile à préciser.
Il date donc son œuvre, non pas d’une époque conventionnelle ou d’un nom de souverain dont le temps effacera la célébrité et jusqu’à la mémoire, mais bien d’un état solaire et stellaire, qu’il décrit dans tous les détails, et auquel, sans erreur possible, les astronomes de l’avenir pourront assigner une chronologie. Ainsi, tandis que les patriarches hébraïques donnent, parmi les plus gros livres et les travaux les plus revêches, un mal bien inutile aux bénédictins, il suffit, pour connaître la date exacte de Fohi et de son Yiking, de mettre une lunette aux mains d’un des innombrables disciples de M. Camille Flammarion. Sans doute Fohi ne craignait ni le contrôle ni le démenti de la postérité. Et nous insistons sur cette précaution merveilleuse, non seulement pour montrer à quelle perfection était, à ces époques, parvenue la science de l’Astronomie, mais pour faire comprendre, d’un trait, l’esprit pratique, ingénieux, logique et sans nuages, que possédaient déjà les mages chinois d’il y a cinq mille années, esprit qui les distingue de tous les réformateurs de peuples, lesquels, venus plus tard sur la terre, ne vécurent cependant que de légendes et n’écrivirent que des paraboles. » Matgioi.
Prix : 2,87 euros  Acheter sur Amazon