Éloge de la folie

Spinoza et ses contemporainsAuteur: Erasme
« Un chef d’œuvre de la littérature européenne, illustré par un des plus grands maîtres du dessin, imprimé avec tout le luxe que l’on peut souhaiter : voilà bien, sans doute, de quoi charmer tous les adeptes du Livre, de quelque côté que se portent habituellement leurs préférences. Donc, artistes, littérateurs ou bibliophiles, tous y trouveront leur compte, nous en avons la ferme conviction.

Ce n’est pas en vain que nous venons de prononcer le mot de « chef-d’œuvre de la littérature européenne ». Écrit en latin, à une époque où le latin était la langue de tous les gens éclairés, l’Éloge de la Folie s’adressait à l’Europe entière, dont cet ouvrage fut longtemps la lecture favorite. Mais ce qui avait fait l’universalité de son succès fut précisément ce qui faillit le condamner à un oubli immérité.
Le latin, langue morte, un instant ressuscitée par les érudits du XVIe siècle, s’éteignit enfin pour toujours, et avec elle périrent la plupart des œuvres qui avaient imprudemment compté sur elle pour passer à la postérité. On put craindre alors que l’Eloge de la Folie ne partageât le sort commun; mais le chef-d’œuvre d’Érasme ne pouvait pas périr. Tandis que la plupart de ses écrits, ensevelis à tout jamais dans la poussière de l’oubli, sont à peine connus de nom par quelques érudits, l’Éloge de la Folie, bravant l’épreuve du temps, est presque devenu un livre populaire.
Traduit dans toutes les langues de l’Europe, il l’a été surtout en français. De toutes les traductions faites dans notre langue, la plus estimée a été jusqu’à présent celle de Barrett, publiée à Paris en 1789. Celle que nous donnons aujourd’hui est-elle préférable à ses devancières? Aux lecteurs de le décider. Nous dirons seulement qu’elle est due à M. Victor Develay, qui depuis longtemps se consacre à la traduction d’auteurs latins avec l’ardeur et la persévérance d’un véritable érudit. »
Note de la première édition

Acheter sur Amazon