Archives de catégorie : Catalogue

Au coeur des ténèbres

 Auteur: Joseph Conrad
« Au cœur des ténèbres relate le voyage de Charles Marlow, un jeune officier de la marine marchande britannique, qui remonte le cours d’un fleuve au cœur de l’Afrique noire. Embauché par une compagnie belge, il doit rétablir des liens commerciaux avec le directeur d’un comptoir au cœur de la jungle, Kurtz, très efficace collecteur d’ivoire, mais dont on est sans nouvelles.
Le périple se présente comme un lent éloignement de la civilisation et de l’humanité vers les aspects les plus sauvages et les plus primitifs de l’homme, à travers à la fois l’enfoncement dans une nature impénétrable et menaçante, et la découverte progressive de la fascinante et très sombre personnalité de Kurtz. »
Source : fiche Wikipédia consultée le 19/09/2017.
Acheter sur Amazon

Platon

 Auteur: Léon Robin
Ce livre repose sur un double postulat : l’un est que Platon est principalement un philosophe ; l’autre est que, à ce titre, il a ou essaie d’avoir une doctrine. Que Platon, philosophe, soit en outre un très grand artiste, rien n’est plus certain ; mais pourquoi l’art serait-il plus incompatible avec la philosophie que ne l’est cette dernière avec la science ?
Il me semble d’autre part inconcevable qu’un philosophe puisse avoir réfléchi sur le savoir et sur ce qui en est l’objet et la méthode, sur la conduite et sur ce qui en est la règle, sans avoir fait effort pour systématiser les résultats de sa réflexion, après les avoir précisés et clarifiés.
Ce qu’il y a de particulier chez Platon, c’est que cet effort s’accomplit devant nos yeux, sous forme de recherche et sous forme de critique, et que presque jamais les résultats positifs n’en sont dogmatiquement exposés.
Toutefois, derrière ce spectacle, qui nous est offert par les dialogues, de la recherche et de la critique, il y a eu l’enseignement ; et pour Platon, il nous l’a dit solennellement dans Phèdre, c’était le principal. Or, si cet enseignement, dans sa substance, nous est, plus que le reste, enveloppé de brume, il n’est pas douteux du moins que ce devait être quelque chose de fortement défini et peut-être même d’un peu raide. Autrement, on s’explique mal que des disciples immédiats aient pu s’attacher à cet enseignement et le continuer, soit d’ailleurs pour en exagérer tel ou tel aspect (Speusippe et Xénocrate), soit pour l’accommoder en le corrigeant (Aristote), bref, que de toute façon, entre leurs mains, il ait pris sans délai la figure d’une « scolastique ». De ce double postulat découle le plan de ce livre : un exposé de l’œuvre, comportant d’une part une distribution systématique des idées (dont on ne méconnaît pas l’enchevêtrement réel), et, d’autre part, une histoire de ces mêmes idées, c’est-à-dire que, dans chacun des domaines sur lesquels, une fois dissociés, on les aura groupées, on cherchera à dessiner la courbe probable de leur évolution.
Léon Robin.Acheter sur Amazon

La naissance de la tragédie

 Auteur: Friedrich Nietzsche
Les idées exposées par Nietzsche dans l’Origine de la Tragédie commencent à le préoccuper dès le début de son séjour à Bâle en 1869. Elles trouvèrent d’abord une expression provisoire dans deux conférences, le Drame musical grec et Socrate et la Tragédie qui furent faites en janvier et en février 1870 au Museum de Bâle. La seconde de ces conférences, imprimée d’abord à quelques exemplaires « pour les amis », a passé à peu près intégralement dans l’Origine de la Tragédie, où elle forme les chapitres 8 à 15. Dans le courant de 1870, Nietzsche ébauche une série de plans d’ensemble pour son ouvrage qu’il achève dans sa forme actuelle de février à avril 1871 à Lugano et à Bâle ; les derniers chapitres (20 à 25) furent encore rajoutés en novembre et décembre. Le livre parut à la fin de décembre 1871, avec le millésime de 1872, chez l’éditeur E. W. Fritzsch à Leipzig, sous le titre de « l’Origine de la Tragédie dans l’esprit de la musique ». Une nouvelle édition en fut publiée en 1886 avec une préface écrite à Sils-Maria en août, et sous ce titre modifié : « L’Origine de la Tragédie, ou Hellénisme et Pessimisme ».
Henri Albert.
Acheter sur Amazon

Esprit et liberté

 Auteur: Nicolas Berdiaev
Ma philosophie appartient au type de la philosophie de l’existence (Existenzphilosophie). Ma conception philosophique du monde se distingue essentiellement de celle de Heidegger et de Jaspers et fut élaborée en dehors de tous les courants dont l’origine remonte à Kierkegaard. Mais j’ai toujours cru que la philosophie ne pouvait être qu’une philosophie de l’existence humaine, qui elle, n’appartient pas au monde des objets. Il y avait dans la pensée russe une tendance à élaborer une philosophie de l’existentiel ; elle était orientée vers l’être concret, vers l’existant. Toutefois comme il s’agit ici d’une philosophie de la religion et non pas d’une théorie de la connaissance ni d’une métaphysique, je préfère y employer le terme « vie », qui appartient à l’Evangile et qui est lié à la spiritualité, que le terme « existence ». On donne parfois au mot « vie » un sens biologique, et nous le trouvons même chez Bergson et Nietzsche, mais la philosophie de la vie a, pour moi, une source et une nourriture religieuse. Aussi se distingue-t-elle radicalement de celle que professent les penseurs contemporains, tout en ayant avec elle une ressemblance formelle. Je considère que le problème central est le problème religieux de l’homme, celui de l’anthropologie religieuse qui n’est pas posé, par exemple, chez Heidegger.
Nicolas Berdiaev.Acheter sur Amazon

Au coeur des ténèbres

 Auteur: Charles-Lucien Huard
Au cœur des ténèbres relate le voyage de Charles Marlow, un jeune officier de la marine marchande britannique, qui remonte le cours d’un fleuve au cœur de l’Afrique noire. Embauché par une compagnie belge, il doit rétablir des liens commerciaux avec le directeur d’un comptoir au cœur de la jungle, Kurtz, très efficace collecteur d’ivoire, mais dont on est sans nouvelles.
Le périple se présente comme un lent éloignement de la civilisation et de l’humanité vers les aspects les plus sauvages et les plus primitifs de l’homme, à travers à la fois l’enfoncement dans une nature impénétrable et menaçante, et la découverte progressive de la fascinante et très sombre personnalité de Kurtz.Acheter sur Amazon

La typographie

 Auteur: Charles-Lucien Huard
Un petit guide sur la typographie au 19e siècle…
« C’est le caractère qui est le point de départ, la raison d’être de la typographie.
Nous avons dit comment on le fondait du temps de Gutenberg, nous dirons comment on le fait aujourd’hui, soit au moule à la main, soit au moule mécanique, d’invention récente… »
C.L.HuardAcheter sur Amazon

La crise du monde moderne

 Auteur: René Guénon
Donc, si l’on dit que le monde moderne subit une crise, ce que l’on entend par là le plus habituellement, c’est qu’il est parvenu à un point critique, ou, en d’autres termes, qu’une transformation plus ou moins profonde est imminente, qu’un changement d’orientation devra inévitablement se produire à brève échéance, de gré ou de force, d’une façon plus ou moins brusque, avec ou sans catastrophe.
Cette acception est parfaitement légitime et correspond bien à une partie de ce que nous pensons nous-même, mais à une partie seulement, car, pour nous, et en nous plaçant à un point de vue plus général, c’est toute l’époque moderne, dans son ensemble, qui représente pour le monde une période de crise ; il semble d’ailleurs que nous approchions du dénouement, et c’est ce qui rend plus sensible aujourd’hui que jamais le caractère anormal de cet état de choses qui dure depuis quelques siècles, mais dont les conséquences n’avaient pas encore été aussi visibles qu’elles le sont maintenant.
C’est aussi pourquoi les événements se déroulent avec cette vitesse accélérée à laquelle nous faisions allusion tout d’abord ; sans doute, cela peut continuer ainsi quelque temps encore, mais non pas indéfiniment ; et même, sans être en mesure d’assigner une limite précise, on a l’impression que cela ne peut plus durer très longtemps.
René Guénon.
Acheter sur Amazon

Introduction générale à l’étude des doctrines hindoues

 Auteur: René Guénon
En somme, l’erreur capitale de ces orientalistes, la question de méthode mise à part, c’est de tout voir de leur point de vue occidental et à travers leur mentalité à eux, tandis que la première condition pour pouvoir interpréter correctement une doctrine quelconque est naturellement de faire effort pour se l’assimiler et pour se placer, autant que possible, au point de vue de ceux-là mêmes qui l’ont conçue.
Nous disons autant que possible, car tous n’y peuvent parvenir également, mais du moins tous peuvent-ils l’essayer ; or, bien loin de là, l’exclusivisme des orientalistes dont nous parlons et leur esprit de système vont jusqu’à les porter, par une incroyable aberration, à se croire capables de comprendre les doctrines orientales mieux que les Orientaux eux-mêmes : prétention qui ne serait que risible si elle ne s’alliait à une volonté bien arrêtée de « monopoliser » en quelque sorte les études en question.
Et, en fait, il n’y a guère pour s’en occuper en Europe, en dehors de ces « spécialistes », qu’une certaine catégorie de rêveurs extravagants et d’audacieux charlatans qu’on pourrait regarder comme quantité négligeable, s’ils n’exerçaient, eux aussi, une influence déplorable à divers égards, ainsi que nous aurons à l’exposer en son lieu d’une façon plus précise.
René Guénon.
Acheter sur Amazon

Humain, trop humain

 Auteur: Friedrich Nietzsche (
Cette édition comprend les deux parties de Humain, trop humain. Chaque aphorisme est accessible depuis la table des matières.

Tome I
: Humain, trop humain fait suite, presque sans intervalle, aux Considérations inopportunes : à la fin de juin 1876 Nietzsche avait écrit les derniers chapitres de Richard Wagner à Bayreuth (quatrième partie des Considérations inopportunes) et vers la fin du mois de juillet il travaillait déjà à Humain.

Tome II
: Les deux recueils d’aphorismes qui forment la deuxième partie d’Humain, trop humain, ont été composés d’après des notes dont quelques-unes remontent à 1876. Après la publication de la première partie (voir les notes au premier volume d’Humain, trop humain), Nietzsche fit un nouveau triage dans ses papiers de Sorente et reprit de nombreuses sentences qu’il n’avait pas encore utilisées.
Les Opinions et Sentences mêlées se cristallisèrent autour de ce noyau primitif. D’après un brouillon écrit de la main du philosophe, dans les derniers mois de l’année 1878, à Bâle, Mme Marie Baumgartner rédigea avec soin un premier manuscrit qui fut ensuite retravaillé par Nietzsche. Imprimé à Chemnitz au commencement de l’année 1879, cet opuscule parut chez E. Schmeitzner à la fin du mois de mars sous le titre de : « Humain, trop humain. Un livre dédié aux esprits libres. Appendice : Opinions et Sentences mêlées.
La rédaction du deuxième recueil, Le Voyageur et son ombre, se fit au printemps et en été de 1879, surtout pendant un long séjour à Saint-Moritz, d’où le titre primitif « Suites de Saint-Moritz ». Au commencement de septembre, une rédaction plusieurs fois refondue fut envoyée de là à Venise, à M. P. Gast, qui rédigea le manuscrit pour l’impression.
Après une nouvelle révision de la part de Nietzsche, l’opuscule fut imprimé en octobre et en novembre de la même année et parut sous le titre de : « Le Voyageur et son ombre. Chemnitz, 1880. Ernest Schmeitzner, éditeur. » Au verso de la page de titre se trouvait cette phrase : « Deuxième et dernier appendice à un recueil de pensées précédemment publié : Humain, trop humain. Un livre dédié aux esprits libres. »
Les deux opuscules furent réunis sous une forme définitive en 1886 et prirent le titre de « Humain, trop humain. Deuxième partie », lorsque E. W. Fritzsch, à Leipzig, devint l’éditeur des œuvres de Nietzsche.

(Extraits des Notes de Henri Albert.)
Acheter sur Amazon

Par delà le bien et le mal

 Auteur: Friedrich Nietzsche
Nietzsche écrivit par Par delà le Bien et le Mal pendant l’été de 1885 à Sils-Maria et pendant l’hiver suivant à Nice : à la fin de 1886, l’ouvrage était terminé. L’épilogue Sur les hautes Montagnes a été composé, à l’exception des deux strophes finales, ajoutées seulement en 1885ou 1886, en automne de l’année 1884. Ce poème devait primitivement prendre place, probablement sous le titre de Le Désir du Solitaire, dans un recueil de vers que l’auteur projetait alors.
La première édition de Par delà le Bien et le Mal fut imprimée de mai à juillet 1886 chez C. G. Naumann à Leipzig et mise en vente au mois d’août. Le même éditeur publia une deuxième édition en mai 1891, une troisième en juillet 1893, une quatrième en mai 1894.
La présente traduction a été faite sur le septième volume des Œuvres complètes de Fr. Nietzsche, publié en novembre 1894 chez C. G. Naumann à Leipzig, par les soins du « Nietzsche-Archiv »
Acheter sur Amazon

La Philosophie de Nietzsche

 Auteur: Henri Lichtenberger
La philosophie de Nietzsche est, d’abord, strictement individualiste. « Que te dit ta conscience ? demande-t-il : tu dois devenir qui tu es. » L’homme doit donc avant tout se connaître lui-même, connaître à fond son corps, ses instincts, ses facultés ; puis il doit modeler sa règle de vie d’après sa personnalité, mesurer ses ambitions à ses aptitudes héréditaires ou acquises, tirer le meilleur parti possible de ses dons naturels ainsi que des événements extérieurs que lui apporte le hasard, corriger enfin, du mieux qu’il pourra, la nature par l’art afin de donner du style à son caractère et à sa vie. Chacun se tire de cette tâche comme il peut : il n’y a pas de règles générales et universelles pour devenir soi-même. L’inégalité naturelle des individus est une des croyances profondes de Nietzsche : chacun doit se créer lui-même sa vérité et sa morale ; ce qui est bon ou mauvais, utile ou nuisible pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Tout ce que peut faire le penseur, c’est donc, en définitive, de conter l’histoire de son âme, de dire par quelle voie il s’est découvert lui-même, dans quelles croyances il a trouvé la paix intérieure, d’exhorter par son exemple ses contemporains à faire comme lui, à se chercher eux-mêmes et à se trouver ; — mais il n’a pas, à proprement parler, de doctrine ; il ne veut pas être le pasteur d’un troupeau docile ….
Extrait.Acheter sur Amazon

Histoire

 Auteur: Hérodote
Comprend les chapitres de l’édition Charpentier, Paris, 1850. :
Plan de l’Histoire d’Hérodote
Vie d’Hérodote
Clio
Euterpe
Thalie
Melpomène
Terpischore
Erato
Polymne
Uranie
Calliope
Vie d’Homère attribuée à Hérodote

Acheter sur Amazon

Compensation

 Auteur: Ralph Waldo Emerson
« Je trouve le même ton misérable dans les livres populaires sur la religion, écrits de nos jours, et les mêmes doctrines acceptées par les hommes littéraires lorsqu’ils traitent de sujets analogues. Je pense que notre théologie populaire a gagné en décorum, mais non pas en principe, sur les superstitions qu’elle a renversées. Mais les hommes sont meilleurs que cette théologie. Leur vie journalière lui donne un démenti. Chaque âme ingénieuse et pleine d’aspirations laisse cette doctrine derrière elle ensevelie dans les limbes de son expérience passée ; et tous les hommes sentent quelquefois la fausseté qu’ils ne pourraient démontrer, car les hommes sont meilleurs qu’ils ne le pensent. »
Emerson.
Acheter sur Amazon

Héroïsme

 Auteur: Ralph Waldo Emerson
Toutefois notre culture ne doit pas omettre de fournir des armes à l’homme. Qu’il apprenne, lorsque l’heure en sera venue, qu’il est né dans l’état de guerre, que la société et son propre bien-être exigent qu’il n’aille pas folâtrer dans les marais de la paix, mais qu’il doit être prudent, recueilli, qu’il ne doit ni défier, ni craindre le tonnerre. Qu’il porte donc entre ses mains sa vie et sa réputation et qu’avec une urbanité parfaite il affronte par l’absolue vérité de ses discours et par la rectitude de sa conduite le gibet et la populace.

Emerson.Acheter sur Amazon

La prudence

 Auteur: Ralph Waldo Emerson
Quel droit ai-je donc d’écrire sur la prudence, moi qui en ai réellement peu et qui ne possède qu’une prudence négative ? Ma prudence consiste à éviter les accidents et à marcher en dépit d’eux ; elle ne consiste pas dans l’invention de moyens et de méthodes particuliers. Je n’ai pas d’adroits moyens de conduite ni d’aimables manières de réparer le mal ; je m’entends médiocrement à bien dépenser mon argent ; je n’ai pas de génie dans mon économie domestique, et quiconque voit mon jardin découvre que je dois en avoir un autre. Cependant, j’aime les faits, je hais l’incertitude et les gens sans clairvoyance. J’ai donc, pour écrire sur la prudence, les mêmes droits que pour écrire sur la poésie ou la sainteté.
Emerson.
Acheter sur Amazon

Jean Racine

 Auteur: Jules Lemaître
Pourquoi vous parlé-je cette année de Racine ? Tout simplement parce que c’est Racine qu’on m’a le plus « demandé », et que, d’ailleurs, cela ne me déplaisait point.
Je pourrais vous dire aussi qu’ayant étudié Jean-Jacques Rousseau l’an dernier, j’ai cherché un effet de contraste : Racine, traditionaliste ; Rousseau, révolutionnaire ; Racine, catholique français, monarchiste ; Rousseau, protestant genevois, républicain ; Racine, artiste pur ; Rousseau, philosophe et promoteur d’idées… Mais ce parallèle, suggéré par un hasard, serait fort artificiel, et j’aime mieux vous avouer qu’il y a peu de rapports, sinon antithétiques, et encore pas sur tous les points, entre les deux personnages (quoiqu’il y en ait peut-être entre la Nouvelle Héloïse et le théâtre de Racine, père indirect du roman passionnel).
Jules Lemaître.
Acheter sur Amazon

Essais de philosophie américaine

 Auteur: Ralph Waldo Emerson
Un tel bonheur nous a été donné la première fois que le petit livre d’Emerson est tombé sous nos yeux. Bien des événements se sont passés et bien des années déjà se sont écoulées depuis cette minute pleine de ravissements, et pourtant notre admiration pour ces pages a résisté aux inévitables modifications que le temps a fait subir à notre pensée ; les événements n’ont fait que confirmer notre opinion sur les tendances de ces doctrines, et n’ont fait pour ainsi dire qu’approuver nos sympathies ; en un mot, le cours du temps nous a convaincu que le plaisir que nous avions pris en lisant ces Essais n’était pas la puérile joie de nous sentir amusé, mais provenait du sentiment que nous avions reçu les confidences d’un esprit épris de la vérité ; c’est pourquoi nous offrons avec confiance au lecteur cette traduction. Notre admiration n’est-elle qu’une illusion ? Le public français prononcera et jugera.Acheter sur Amazon

Les Lois sociales: Esquisse d’une sociologie

 Auteur: Gabriel Tarde
Dans ce petit volume, qui renferme la substance de plusieurs conférences faites au Collège libre des sciences sociales en octobre 1897, j’ai essayé de donner non pas seulement ni précisément le résumé ou la quintessence de mes trois principaux ouvrages de sociologie générale – les Lois de l’Imitation, l’Opposition universelle et la Logique sociale — mais encore et surtout le lien intime qui les unit.
Extrait de l’avant-propos
Acheter sur Amazon

Le Feu

 Auteur: Gabriele D’Annunzio
Le Feu (italien: Il fuoco) est un roman de 1900 de l’écrivain italien Gabriele D’Annunzio. Il se déroule en 1883 à Venise et raconte l’histoire d’un jeune artiste et de sa maîtresse, une actrice célèbre mais rapidement vieillissante. L’histoire a été inspirée par la relation d’Annunzio avec l’actrice Eleonora Duse (son portrait figure sur la couverture).
Le roman contient des expositions de nombreuses théories de D’Annunzio sur le théâtre, largement inspirées par Friedrich Nietzsche et Richard Wagner
Il a été conçu comme la première partie d’une trilogie, les romans de la grenade (Romanzi del melograno), mais les deux autres livres n’ont jamais été écrits.
Acheter sur Amazon

Le Dernier des Mohicans

 Auteur: James Fenimore Cooper
Le récit a pour théâtre l’Amérique du Nord, pendant la guerre de Sept Ans. Les affrontements entre Français et Anglais en forment la toile de fond. Cooper décrit notamment la bataille de Fort William Henry qui oppose, en juillet et août 1757, les troupes du général français Montcalm (et de ses alliés amérindiens) à celles du colonel britannique Monro.
Le Dernier des Mohicans est une méditation nostalgique sur la disparition des Amérindiens, tout en étant une annonce de la naissance des États-Unis. Il eut un énorme retentissement en Europe, dès sa publication, comme en avaient les romans contemporains de Walter Scott.
Source: Wikipédia (page consultée le 9/10/2017).
Acheter sur Amazon

Fables: (358 fables par ordre alphabétique)

 Auteur: Esope
Les fables sont dans l’ordre alphabétique des titres.
« Par fables d’Ésope on désigne un ensemble de fables en prose attribuées à Ésope, écrivain grec qui a vécu vers la fin du VIIe siècle av. J.-C. et le début du VIe siècle av. J.-C.. Il était probablement originaire de la Phrygie. Les fables mettant en scène des animaux et dont on peut tirer une morale de l’histoire pré-existaient déjà à Sumer [archive] près de 3000 ans avant Ésope. Ces fables auraient été ensuite apportées en Assyrie lors d’échanges culturels, de là les Hittites les auraient transmises en Phrygie. »
Source: fiche Wikipédia consultée le 20/09/2017.

Acheter sur Amazon

Romans et nouvelles

 Auteur: Madame de La Fayette
Comprend les romans et nouvelles:

La Princesse de Montpensier
(Édition Lepetit, 1820.)
* * *
Zayde
Édition Lepetit, 1820.
* * *
La Princesse de Clèves
Édition Lepetit, 1820.
avec des illustrations de Serge de Solomko.
( Ferroud, Paris,1925)
* * *
La Comtesse de Tende
Édition Lepetit, 1820.
* * *
Acheter sur Amazon

Hermès Trismégiste

 Auteur: Louis Ménard
Les livres d’Hermès Trismégiste ont joui d’une grande autorité pendant les premiers siècles de l’Église. Les docteurs chrétiens en invoquaient souvent le témoignage avec celui des Sibylles, qui avaient annoncé la venue du Christ aux païens pendant que les prophètes l’annonçaient aux Hébreux : « Hermès, dit Lactance, a découvert, je ne sais comment, presque toute la vérité. » On le regardait comme une sorte de révélateur inspiré, et ses écrits passaient pour des monuments authentiques de l’ancienne théologie des Égyptiens. Cette opinion fut acceptée par Marsile Ficin, Patrizzi, et les autres érudits de la Renaissance qui ont traduit ou commenté les livres hermétiques. Ils crurent y trouver la source première des initiations orphiques, de la philosophie de Pythagore et de Platon.
Acheter sur Amazon

La Cité du Soleil

 Auteur: Tommaso Campanella
La Cité du Soleil est un dialogue entre un marin génois et un homme appelé « l’Hospitalier », un chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Le Génois donne les caractéristiques de cette cité qu’il aurait découverte. Cette forme dialoguée est une réminiscence du dialogue platonicien qui est également utilisée par Thomas More.
La ville est entourée de sept enceintes fortifiées. Elle est dirigée par un « métaphysicien. » Son économie est planifiée et de type collectiviste. On y pratique l’eugénisme sous la forme d’un plan de reproduction servant à conserver certaines caractéristiques physiques.
La cité suit l’égalité de toutes les personnes et les principes des lois naturelles qui se manifestent à travers l’observation des astres. L’astrologie détermine donc nombre des aspects de la vie de tous les jours des solariens et le partage du temps de travail. Campanella reprend explicitement à Platon la communauté des biens et l’aptitude des femmes à travailler et à gouverner.
Ce livre est postérieur de quatre-vingt six ans à Utopia de Thomas More.

Source: fiche Wikipédia consultée le 20/09/2017.
Acheter sur Amazon

L’utopie

 Auteur: Thomas More
Utopia est un ouvrage de Thomas More paru en 1516. Il s’agit d’un livre fondateur de la pensée utopiste, le mot utopie étant lui-même dérivé de son titre. L’ouvrage a connu un succès particulier en France au xviie siècle et au xviiie siècle.

Le titre est construit d’après une racine grecque signifiant « lieu qui n’est nulle part », οὐ τοπος (ou topos) en grec.

Bien que Thomas More ne fût pas économiste, mais juriste, historien, théologien et homme politique, Utopia, qui n’était pas un traité d’économie, mais plutôt une satire de la société de son temps, fut repris au xixe siècle pour construire des théories économiques.

Source: Fiche Wikipédia consultée le 3/10/2017.
Acheter sur Amazon

Propos sur le bonheur

 Auteur: Alain
Ce recueil me plaît. La doctrine me paraît sans reproche, quoique le problème soit divisé en petits morceaux. Dans le fait le bonheur est divisé en petits morceaux. Chaque mouvement d’humeur naît d’un événement physiologique passager ; mais nous l’étendons, nous lui donnons un sens oraculaire ; une telle suite d’humeurs fait le malheur, je dis en ceux qui n’ont pas de graves raisons d’être malheureux, car c’est ceux-là qui sont malheureux par leur faute. Les vrais malheurs, je n’en ai rien écrit ; et pourtant je crois qu’on y ajoute encore par l’humeur. Vous vous souvenez d’un mot de Gaston Malherbe du temps qu’il était sous-préfet de Morlaix : « Les fous sont des méchants » me dit-il, Que de fois j’ai eu occasion de répéter ce mot-là Et je crois que le commencement de la folie est une manière irritée de prendre tout, même les choses indifférentes ; c’est une humeur de théâtre, bien composée, bien jouée, mais qui dépasse toujours le projet par une fureur d’exprimer. Cela est méchanceté par un besoin de communiquer le malheur ; et ce qui irrite alors dans le bonheur des autres, c’est qu’on les juge stupides et aveugles. Il y a du prosélytisme dans le fou, et premièrement une volonté de n’être pas guéri. On s’instruit beaucoup si l’on pense que les coups heureux de la fortune ne peuvent guérir un fou. Ce n’est qu’un cas grossi, qui ressemble à nous tous. Une colère est terrible si l’on souffle sur le feu, ridicule si on la regarde aller. C’est ainsi que le bonheur dépend des petites choses, quoiqu’il dépende aussi des grandes. Et cela je l’aurais dit et expliqué si j’avais écrit un Traité du bonheur ; bien loin de là nous avons choisi (et vous d’abord) des Propos se rapportant au bonheur par quelque côté. Je suppose que cette manière de faire n’est pas sans risque ; car le lecteur ne considère pas ce que l’auteur a voulu. Quoi que dise la préface, il attend toujours un traité. Peut-être suis-je né pour écrire des traités ; sur le modèle du Système des Beaux-Arts. Ce bavardage a pour fin de vous dédier ce bel exemplaire d’un recueil qui traduit premièrement votre libre choix.
Alain
Acheter sur Amazon

La Généalogie de la morale

 Auteur: Friedrich Nietzsche
La Généalogie de la morale se compose d’une préface et de trois dissertations écrites dans un style jugé brillant et d’une grande force par les commentateurs.
Cette forme donne à la pensée de Nietzsche une présentation plus systématique et accessible que ses œuvres précédentes.
Pour ces raisons, elle est souvent considérée comme le chef-d’œuvre de Nietzsche et comme l’une des œuvres majeures de la pensée morale contemporaine.
Acheter sur Amazon

Aurore

 Auteur: Friedrich Nietzsche
« Avec ce livre commence ma campagne contre la morale Non que l’on y sente le moins du monde l’odeur de la poudre ; on lui trouvera de tout autres senteurs, bien plus agréables, pour peu que l’on ait quelque délicatesse de flair Pas de fracas d’artillerie, pas même de feu de tirailleurs : si l’effet de ce livre est négatif, ses procédés ne le sont en aucune façon, et de ces procédés l’effet se dégage comme un résultat logique, mais non avec la logique brutale d’un coup de canon

On sort de la lecture de ce livre avec une défiance ombrageuse à l’endroit de tout ce qu’on honorait et même adorait jusqu’à présent sous le nom de morale ; et pourtant on ne trouve dans tout le livre ni une négation, ni une attaque, ni une méchanceté ; bien au contraire, il s’étend au soleil, lisse et heureux, telle une bête marine qui prend un bain de soleil parmi les récifs Aussi bien étais-je moi-même cette bête marine : presque chaque phrase de ce livre a été pensée et comme capturée dans les mille recoins de ce chaos de rochers près de Gênes, où je vivais tout seul, en une familière intimité avec la mer… »
Friedrich Nietzsche.
Acheter sur Amazon

L’agent secret: suivi de L’indicateur

 Auteur: Joseph Conrad
Le sujet est l’histoire noire et comique des espions, terroristes, anarchistes et agents provocateurs d’une puissance étrangère non nommée (mais ressemblant à la Russie) dans les ruelles mal famées de Londres au début du xxe siècle. Le personnage principal est Verloc, agent secret infiltrant le milieu anarchiste, impliqué dans un ambitieux plan terroriste qui aboutit à poser une bombe à l’observatoire royal de Greenwich. Les autres personnages sont la femme de Verloc Winnie, le frère de celle-ci Stevie, les anarchistes Ossipon et Michaelis et le préfet adjoint de la police de Londres.
Acheter sur Amazon

Œuvres poétiques

 Auteur: André Chénier
Il semble que tout a été dit sur lui ; sa réputation est faite ; ses œuvres, lues et relues, n’ont pas seulement charmé, elles ont servi de base à des théories plus ou moins ingénieuses ou subtiles, qui elles-mêmes ont déjà subi leur épreuve, qui ont triomphé par un côté vrai et ont été rabattues aux endroits contestables.
….
Acheter sur Amazon

Anna Karénine

 Auteur:
Léon Tolstoï

Anna Karénine est un ouvrage qui fut classique dès qu’il parut, tant il contenait d’humanité, tant il était fait pour être lu et compris par les hommes de tous les temps et de tous les lieux, tant, quoique tout plein de mœurs locales, il était la plus occidentale des œuvres de Tolstoi, en ce sens qu’il s’adressait aussi bien à l’intelligence de l’homme de Paris ou de Londres qu’à ceux de l’homme de St. Pétersbourg ou de Moscou.
Anna Karénine est, d’une part, l’éternelle histoire du mariage mal fait et de ses conséquences désastreuses, d’autre part l’éternelle histoire du mariage normal avec les circonstances qui quelquefois, qui souvent, normalement aussi et naturellement le traversent.
Emile Faguet.
Acheter sur Amazon

La France contre les robots

 Auteur: Georges Bernanos
La France contre les robots est un essai de Georges Bernanos publié en 1947. Il s’agit d’un recueil de différents textes formant une violente critique de la société industrielle. Bernanos y estime que le machinisme limite la liberté des hommes, et perturbe jusqu’à leur mode de pensée1. Pour lui, la civilisation française est incompatible avec une certaine idolâtrie anglo-saxonne pour le monde de la technique. Il y conteste l’idée selon laquelle la libre entreprise conduirait automatiquement au bonheur de l’humanité, car, selon lui « il y aura toujours plus à gagner à satisfaire les vices de l’homme que ses besoins ». D’autre part, il explique qu’« un jour, on plongera dans la ruine du jour au lendemain des familles entières parce qu’à des milliers de kilomètres pourra être produite la même chose pour deux centimes de moins à la tonne », préfiguration étonnante de ce que seront les délocalisations quarante ans plus tard. Il y prédit aussi une révolte des élans généreux de la jeunesse contre une société trop matérialiste où ceux-ci ne peuvent s’exprimer.
Source fiche Wikipedia consultée le 30 mai 2017.
Acheter sur Amazon

L’Île au trésor

 Auteur: Robert Louis Stevenson
Annoté: définitions, en bas de page, des termes techniques utilisés par le monde maritime et les marins.
« C’est sur les instances de M. le chevalier Trelawney, du docteur Livesey et de tous ces messieurs en général, que je me suis décidé à mettre par écrit tout ce que je sais concernant l’île au trésor, depuis A jusqu’à Z, sans rien excepter que la position de l’île, et cela uniquement parce qu’il s’y trouve toujours une partie du trésor. Je prends donc la plume en cet an de grâce 17…, et commence mon récit à l’époque où mon père tenait l’auberge de l’Amiral Benbow, en ce jour où le vieux marin, au visage basané et balafré d’un coup de sabre, vint prendre gîte sous notre toit. Je me le rappelle, comme si c’était d’hier. Il arriva d’un pas lourd à la porte de l’auberge, suivi de sa cantine charriée sur une brouette. C’était un grand gaillard solide, aux cheveux très bruns tordus en une queue poisseuse qui retombait sur le collet d’un habit bleu malpropre ; il avait les mains couturées de cicatrices, les ongles noirs et déchiquetés, et la balafre du coup de sabre, d’un blanc sale et livide, s’étalait en travers de sa joue. Tout en sifflotant, il parcourut la crique du regard,…. »
Extrait

Acheter sur Amazon

Qu’est-ce que la propriété ? suivi de La pornocratie

 Auteur: Pierre-Joseph Proudhon
Qu’est-ce que la propriété ? ou Recherche sur le principe du Droit et du Gouvernement, publié le 30 juin 1840, est le premier ouvrage majeur de l’anarchiste français Pierre-Joseph Proudhon. Il traite du concept de propriété et de sa relation avec l’État, les ouvriers et l’anarchisme. Ce livre contient la citation célèbre « La propriété, c’est le vol ! ».
Proudhon déclare : « J’en ferai sortir la preuve irréfragable que la propriété, quand elle serait juste et possible, aurait pour condition nécessaire l’égalité. ».
Il adopte le mot mutuellisme pour décrire sa vision d’une économie composée d’individus et de syndicats démocratiques qui échangeraient leurs produits sous la contrainte de l’égalité.
Bien que Karl Marx ait plus tard sévèrement critiqué Proudhon, il crédita néanmoins ce livre d’être le « manifeste du prolétariat français » et de l’avoir convaincu de la nécessité d’abolir la propriété privée.
Source: ficheWikipédia consultée le 15 juin 2017.
Acheter sur Amazon

Les Fleurs du Mal

 Auteur: Charles Baudelaire
Les Fleurs du mal est le titre d’un recueil de poèmes en vers de Charles Baudelaire, englobant la quasi-totalité de sa production poétique, de 1840 jusqu’à sa mort survenue fin août 1867.
Publié le 25 juin 1857, le livre fait scandale et suscite un procès retentissant qui entraîne la censure de 6 pièces. Il est réédité, dans des versions différentes, en 1861, 1866 puis 1868. La réhabilitation n’intervient qu’en 1949.
C’est l’une des œuvres majeures de la poésie moderne. Ses 163 pièces rompent avec le style convenu, en usage jusqu’alors. Elles rajeunissent la structure du vers par l’usage régulier d’enjambements, de rejets et de contre-rejets. Elles rénovent la forme rigide du sonnet. Elles utilisent d’inédites associations d’images, tel l’« Ange cruel qui fouette des soleils » (Le Voyage). Elles mêlent langage savant et parler quotidien.
Les Fleurs du mal diffèrent d’un recueil classique, où les poèmes ne sont souvent réunis que par l’effet du hasard. Elles sont assemblées selon un dessein précis pour chanter, avec une sincérité absolue :
– la souffrance d’ici-bas (conçue comme une conséquence de la finitude humaine et une nécessaire expiation, selon une conception toute chrétienne) ;
– le dégoût du mal (et souvent de soi-même) ;
– l’obsession de la mort ;
– l’aspiration à un monde idéal, accessible par de mystérieuses correspondances.
Source: fiche wikipedia consultée le 15 juillet 2017.
Acheter sur Amazon

L’homme de cour

 Auteur: Baltasar Gracian
« L’œuvre de Baltasar Gracián peut se diviser en deux parties : dans la première, qui va du Héros (1637) à l’Homme de cour (1646), il s’attache à construire la figure de « L’Homme universel », sorte de héros mondain doué des vertus nécessaires à la réussite dans la société (au premier rang desquelles la vertu de prudence), dans une perspective qui n’est pas sans rappeler, au moins en apparence, le Prince de Machiavel. ….. »
Acheter sur Amazon

La réincarnation

 Auteur: Annie Besant
Le point de vue théosophique sur la réincarnation expliqué par Mme Annie Besant.
« La théorie de la Réincarnation, dans la Philosophie Ésotérique, affirme donc l’existence d’un Principe vivant et individualisé, qui demeure dans le corps d’un homme, le vivifie et qui, à la mort, passe dans un autre corps, après un intervalle plus ou moins long. Ainsi, les vies corporelles successives sont reliées ensemble comme des perles rangées sur un fil : le fil étant le Principe vivant, les perles enfilées, les vies humaines séparées.  »
Annie Besant.
Acheter sur Amazon

Les lois fondamentales de la Théosophie

 Auteur: Annie Besant
Ces six conférences furent données au quartier général d’Adyar, avec l’intention d’esquisser simplement les idées fondamentales de la Sagesse à un public intellectuel encore non instruit de ces conceptions.
Voici maintenant ces conférences publiées avec l’espoir qu’elles atteindront pareil public sur toute la surface du globe et qu’elles seront d’un certain secours en semant les vérités qui assureront un rapide progrès de l’esprit humain.
Seule, la Théosophie est en mesure d’enrayer cette course à l’abime vers lequel se précipite l’Occident et, déjà, la Théosophie semble avoir remporté quelques succès dans sa mission.
Annie Besant.
Acheter sur Amazon

Les formes pensées

 Auteur: Annie Besant, C.W. Leadbeater
« Les dessins et la peinture des formes-pensées observées soit par M. Leadbeater, soit par moi-même, soit encore en commun, ont été exécutés par trois de nos amis : M. John Varley, M. Prime, Mlle Mac-Farlane, auxquels nous exprimons nos remerciements cordiaux. Rendre au moyen des sombres couleurs terrestres les formes revêtues de la lumière vivante des mondes de l’au-delà est certes une tâche difficile et ingrate, c’est une raison de plus d’être reconnaissants à ceux qui ont tenté de la réaliser. Il aurait fallu pouvoir se servir de feu multicolore et non de la gamme limitée de nos teintes terrestres. »
Annie Besant.
Acheter sur Amazon

La Vie de Jésus

 Auteur: Ernest Renan
L’événement capital de l’histoire du monde est la révolution par laquelle les plus nobles portions de l’humanité ont passé des anciennes religions, comprises sous le nom vague de paganisme, à une religion fondée sur l’unité divine, la trinité, l’incarnation du Fils de Dieu. Cette conversion a eu besoin de près de mille ans pour se faire. La religion nouvelle avait mis elle-même au moins trois cents ans à se former. Mais l’origine de la révolution dont il s’agit est un fait qui eut lieu sous les règnes d’Auguste et de Tibère. Alors vécut une personne supérieure qui, par son initiative hardie et par l’amour qu’elle sut inspirer, créa l’objet et posa le point de départ de la foi future de l’humanité….
Extrait.

Cette édition a été illustrée avec les oeuvres de deux peintres J.Tissot et H. Ossawa Tanner.
À partir de 1888, James Tissot vit une révélation religieuse et se consacre dès lors jusqu’à la fin de sa vie à des sujets bibliques, nourrissant son art d’observations effectuées lors de voyages en Palestine et à Jérusalem.
Acheter sur Amazon

Le Paradis perdu : (bilingue)

 Auteur: Milton
« Si je n’avais voulu donner qu’une traduction élégante du Paradis perdu, on m’accordera peut-être assez de connaissance de l’art pour qu’il ne m’eût pas été impossible d’atteindre la hauteur d’une traduction de cette nature ; mais c’est une traduction littérale dans toute la force du terme que j’ai entreprise, une traduction qu’un enfant et un poète pourront suivre sur le texte, ligne à ligne, mot à mot, comme un dictionnaire ouvert sous leurs yeux. Ce qu’il m’a fallu de travail pour arriver à ce résultat, pour dérouler une longue phrase d’une manière lucide sans hacher le style, pour arrêter les périodes sur la même chute, la même mesure, la même harmonie ; ce qu’il m’a fallu de travail pour tout cela ne peut se dire. Qui m’obligeait à cette exactitude, dont il y aura si peu de juges et dont on me saura si peu de gré ? Cette conscience que je mets à tout, et qui me remplit de remords quand je n’ai pas fait ce que j’ai pu faire. J’ai refondu trois fois la traduction sur le manuscrit et le placard ; je l’ai remaniée quatre fois d’un bout à l’autre sur les épreuves ; tâche que je ne me serais jamais imposée si je l’eusse d’abord mieux comprise. »
Acheter sur Amazon

Sherlock Holmes

 Auteur: Arthur Conan Doyle
Romans

Un crime étrange (1887)
La Marque des quatre (1890)
Le Chien des Baskerville (1901-1902)
La Vallée de la peur (1914-1915) T

Recueils de nouvelles

Les recueils publiés en français :
Les Aventures de Sherlock Holmes Texte validé
Nouvelles Aventures de Sherlock Holmes
Souvenirs de Sherlock Holmes Texte validé
La Résurrection de Sherlock Holmes
Sherlock Holmes triomphe
Nouveaux Exploits de Sherlock Holmes

Acheter sur Amazon

L’île d’Ève

 Auteur: Edgar Wallace
J’ai commandé pendant quelques années le garde-côte Charter, dit le capitaine Ford, et c’est alors que j’ai fait connaissance avec l’île que l’on désigne maintenant sous le nom d’île de Tatham. Sa position exacte doit être 20° 5’ 5” latitude Ouest et 37° 5’ 4” longitude Sud. La dernière fois que je me suis trouvé dans ces parages, c’était en octobre 1897, pour relever les fonds, du côté septentrional de l’île. Celle-ci, selon toute apparence, était inhabitée, et à vrai dire, ne semblait guère autre chose qu’un gigantesque rocher s’élevant perpendiculairement au-dessus des eaux, semblable à un énorme iceberg de granit. Son aspect était si rébarbatif que je me fis longtemps prier avant d’autoriser mon premier lieutenant à tenter une exploration à l’intérieur de l’île qui, par ailleurs, je le dis en passant, est d’environ 30 kilomètres de long et de 24 kilomètres dans sa plus grande largeur.
Ce qui me détermina à entreprendre cette expédition, ce fut la découverte, par le lieutenant A. S. W. Sanders, d’une rivière souterraine dont l’embouchure se trouvait, sur la face Sud de l’île, sous le pic auquel nous donnâmes le nom de « Pic du Signal ». La présence d’eau potable n’avait jamais été découverte par les navires qui, de loin en loin, saluaient l’île, et c’est sans doute pour cette raison que l’Empire avait négligé de faire valoir ses droits sur ce rocher……
Extrait.
Acheter sur Amazon

Le mystificateur

 Auteur: Edgar Wallace
À présent les hommes traversaient le préau, conduits par un garde maigre et dégingandé. Ils avaient des visages tannés et portaient des vestes rayées. L’ancien système, suivant lequel on décorait le bonnet des forçats de lettres indiquant leurs condamnations antérieures, avait été abandonné. Mr Harlow se souvint d’avoir lu effectivement quelque chose à ce sujet. Les forçats longeaient maintenant le chemin, derrière la grille. Leur gardien jeta un regard de méfiance dans la direction de cet étranger bien vêtu qui les observait, mais les détenus, nullement gênés, le dévisageaient même avec une certaine effronterie. Ils semblaient être conscients de l’intérêt qu’ils pouvaient offrir en tant que spectacle. Les uns lui souriaient en passant devant lui, d’autres lui jetaient des regards malveillants. Une file passa, puis deux, puis trois…..
Extrait
Acheter sur Amazon

La châtelaine d’Ascot

 Auteur: Edgar Wallace
La curiosité étant l’un des péchés mignons de John Morlay, il ne put s’empêcher, ce matin-là, de s’arrêter devant la propriété de Little Lodge pour être témoin des fiévreux travaux qui s’y poursuivaient. Il lança un regard intéressé à travers la grille, suffisamment large pour lui permettre de voir à son aise le jardin et la maison, mais nettement trop étroite pour les déménageurs qui tentaient d’y introduire une vaste armoire rustique, à grand renfort de jurons sonores.
Le spectacle qui s’offrait aux yeux du curieux observateur n’avait pourtant rien de sensationnel. Derrière la grille s’étendait une pelouse tondue, à droite quelque chose qui semblait être un bassin aux nénuphars et, au fond, un pavillon de dimensions plus que réduites.
C’était une villa de style pseudo-Reine-Anne, mais si petite qu’elle semblait avoir été construite par quelque magnat de la finance à l’intention d’une fille gâtée qui se serait mis en tête d’avoir une vraie maison de poupée…..
Extrait.

Acheter sur Amazon

Le cercle rouge

 Auteur: Edgar Wallace
Il avait à peine disparu qu’une ombre se détacha de l’embrasure d’une haute porte cochère voisine et le suivit. C’était un homme grand et corpulent qui marchait avec difficulté, car il avait le souffle court. Il fit une centaine de pas, puis s’arrêta, remit dans leur étui les jumelles de marine dont il s’était servi pour épier les deux interlocuteurs, et ne songea pas davantage à sa poursuite. Il savait où retrouver l’homme à pied ; quant au chauffeur mystérieux, il tâcherait de l’atteindre le lendemain. Il avait pris le numéro de la voiture. Mr Félix Marl hocha la tête. S’il avait soupçonné la nature de l’interview qu’il avait épiée, il ne s’en serait pas réjoui. De plus forts que lui avaient senti leurs vertèbres se glacer au seul nom du Cercle Rouge.
..
Extrait.

Acheter sur Amazon

Le serpent jaune

 Auteur: Edgar Wallace
Il n’existait pas à Siangtan de maison identique à celle de Joe Bray. À cet égard, Joe était même unique en Chine, où tant d’originaux en dérive ont abordé depuis l’époque de Marco Polo.
La maison était de pierre et elle avait été conçue par un certain Pinto Huello, ivrogne, Portugais et architecte, qui avait quitté le Portugal dans des circonstances dégradantes et échoué, via Canton et Wuchan, dans cette ville immense et débraillée.
L’opinion admise était que Pinto avait dessiné ses plans après une nuit de délire dans un paradis de fumée et les avait corrigés dans une crise de remords. La transformation s’était opérée quand l’édifice était à moitié construit, si bien que la partie Nord, pareille à la Tour de porcelaine, représentait Pinto dans ses transports, et tout ce qui rappelait une pente au bord de l’eau marquait assez bien la période de réaction de l’excentrique Portugais.
Joe était grand et pourvu de multiples mentons, un colosse épris de la Chine, du gin et des longs rêves qu’il faisait éveillé. Il rêvait de choses merveilleuses et la plupart du temps irréalisables. C’était sa joie et ses délices de sentir que, de ce coin perdu du monde, il pouvait agir sur des leviers et aiguiller la destinée humaine vers de profonds changements.
Tel un Haroun al-Rachid en état de somnambulisme, il se promenait, déguisé, parmi les pauvres, prêt à répandre de l’or sur ceux qui le méritaient….

Acheter sur Amazon

Dan le sosie

 Auteur: Edgar Wallace
– C’est une orpheline, articula Mr Collings d’un ton ému.
Les orphelines étaient le point faible de Mr Collings. Dans les rapports qu’il entretenait, comme avoué, avec ses clients, c’était un homme d’apparence sévère et réservée. Il était partisan du compromis et croyait avec sincérité qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès.
Des plaignants rayonnants de joie parce qu’ils se figuraient tenir entre leurs mains la défaite de leur adversaire, entraient dans son bureau d’un pas décidé. Le verbe haut, ils citaient des chiffres vertigineux représentant les sommes qui, d’après eux, allaient leur être payées à titre de dommages-intérêts.
Lorsqu’ils sortaient de l’étude de Mr Collings, ils n’étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes et ils s’en allaient, découragés, ayant perdu foi en l’avenir parce que l’avoué leur avait démontré péremptoirement qu’il valait mieux que les choses s’arrangeassent à l’amiable.

Extrait.
Acheter sur Amazon

L’archer vert

 Auteur: Edgar Wallace
— Tout le monde connaît Abel Bellamy, tout au moins de réputation. – Est-il mort ? Ce serait un bel article en perspective.
— Que savez-vous de lui ?

— Je sais qu’il vient de Chicago, qu’il a gagné des millions dans le bâtiment, que c’est une brute, qu’il vit en Angleterre depuis huit ou neuf ans, qu’il possède un château historique et un chauffeur chinois muet…

— Je connais tout cela, dit le directeur agacé. Ce que je veux savoir c’est s’il recherche la publicité. Autrement dit, l’Archer Vert est-il un fantôme ou un « bobard » ?

— Un fantôme ?… »
Syme prit une feuille de papier et la tendit à l’Américain stupéfait. C’était une lettre écrite par quelqu’un qui, de toute évidence, ignorait les règles de la langue anglaise.

« Cher Monsieur. L’Archer Vert est apparu au château de Garre. M. Wilks, le maître d’hôtel, l’a vu. L’Archer Vert est entré dans la chambre de M. Bellamy et a laissé la porte ouverte. Il a aussi été vu dans le parc. Tous les domestiques s’en vont. M. Bellamy dit qu’il va démolir celui qui en parlera, mais tout le monde s’en va. »
« Mais par tous les diables, qui est l’Archer Vert ? »
demanda Spike, éberlué.

M. Syme ajusta ses lunettes et sourit.
Spike fut scandalisé de le voir si naturel.

« L’Archer Vert du château de Garre, dit-il, fut à une certaine époque le fantôme le plus célèbre de l’Angleterre. Ne riez pas, parce que ce n’est pas une histoire drôle. Le personnage qui fut à l’origine de cette légende a été pendu en 1487 par un seigneur de Curcy, propriétaire du château à cette époque.

— Bigre, quand je pense que vous vous en souvenez ! dit Spike, admiratif.

— Ne plaisantez pas. Il fut pendu pour avoir volé du gibier, et vous pouvez encore, je crois, voir la branche du chêne où il se balança. Pendant des siècles il hanta Garre, et même en 1799 il fit encore une apparition. Dans la province entière il appartient à la légende. Mais d’après cette lettre, évidemment écrite par une domestique renvoyée, ou partie de son plein gré par peur, notre Archer Vert a réapparu. »
Extrait.

Acheter sur Amazon

La méthode Coué: La maîtrise de soi par l’autosuggestion consciente

 Auteur: Emile Coué
La méthode Coué est une méthode qui tire son nom des travaux du psychologue et pharmacien français Émile Coué.. Elle est fondée sur la suggestion et l’auto-hypnose.

Cette méthode est une forme d’autosuggestion censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative.

L’imagination, plus que la volonté, détermine nos actes : contrairement à ce que l’on enseigne, ce n’est pas notre volonté qui nous fait agir, mais notre imagination (être inconscient). S’il nous arrive souvent de faire ce que nous voulons, c’est que nous pensons en même temps que nous pouvons[réf. nécessaire]. Cette imagination est en fait l’inconscient de l’individu conçu comme une ressource qu’il faut utiliser à bon escient en y répandant des idées positives. Chaque fois que volonté et imagination sont en lutte, c’est toujours l’imagination qui l’emporte, sans aucune exception.

Acheter sur Amazon

De l’Angelus de l’aube à l’Angelus du soir

 Auteur:
Francis Jammes est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.En 1886, il découvre Baudelaire. En 1888, il perd son père alors qu’il n’a pas vingt ans. En 1889, après son échec au baccalauréat (avec un zéro en français), il fait un stage sans lendemain comme clerc d’avoué chez un des notaires de sa ville.

En pleine quête de lui-même, il écrit des poèmes et les adresse à diverses revues. Sa mère à plusieurs reprises les fait imprimer à compte d’auteur à Orthez où le poète habite alors avec elle.Ses essais poétiques sont remarqués notamment par Mallarmé et Gide. En 1895, il s’oriente définitivement vers la poésie. En 1898, il publie son premier vrai recueil poétique (son meilleur selon certains), De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir, et rencontre le poète Charles Guérin, qui viendra le visiter à Orthez et écrit pour lui plusieurs poèmes (« Ô Jammes, ta maison ressemble à ton visage… »). Il rencontre aussi Claudel en 1900 et publie l’année suivante Le Deuil des Primevères.
Acheter sur Amazon

Poèmes saturniens

 Auteur: Paul Verlaine
Cette édition comprend :

– Les poèmes saturniens.

Premier recueil poétique en vers de Paul Verlaine, publié en 1866.

– Les poètes maudits, éditions Léon Vanier, 1884.

Les poètes, dans cette édition, sont : Tristan Corbière, Arthur, Rimbaud et Stéphane Mallarmé.

Plus :

– Des illustrations sur l’auteur et ses contemporains.
– Quelques indications entre crochets.
Acheter sur Amazon

Discours sur la langue française

 Auteur: Paul Hazard
Pour notre part, nous estimons que la langue française n’a point perdu sa place privilégiée. Sans doute, elle a subi le sort commun à toutes les dominations : elle s’est transformée : mais pour durer plus sûrement. C’est l’histoire de cette domination que nous voudrions suivre. Nous voudrions montrer de quels éléments caducs elle a dû se débarrasser ; de quels éléments nouveaux elle s’est renforcée ; quelles conditions enfin réclame son avenir.
Extrait.

Acheter sur Amazon

Un jour

 Auteur: Francis Jammes
Francis Jammes est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.En 1886, il découvre Baudelaire. En 1888, il perd son père alors qu’il n’a pas vingt ans. En 1889, après son échec au baccalauréat (avec un zéro en français), il fait un stage sans lendemain comme clerc d’avoué chez un des notaires de sa ville.

En pleine quête de lui-même, il écrit des poèmes et les adresse à diverses revues. Sa mère à plusieurs reprises les fait imprimer à compte d’auteur à Orthez où le poète habite alors avec elle.Ses essais poétiques sont remarqués notamment par Mallarmé et Gide. En 1895, il s’oriente définitivement vers la poésie. En 1898, il publie son premier vrai recueil poétique (son meilleur selon certains), De l’Angélus de l’aube à l’Angélus du soir, et rencontre le poète Charles Guérin, qui viendra le visiter à Orthez et écrit pour lui plusieurs poèmes (« Ô Jammes, ta maison ressemble à ton visage… »). Il rencontre aussi Claudel en 1900 et publie l’année suivante Le Deuil des Primevères.

Acheter sur Amazon

Le tarot divinatoire

 Auteur: Papus
Les chercheurs contemporains s’occupant d’occultisme affectent un certain mépris pour les arts divinatoires. Cependant l’étude des tempéraments ouvre la voie à de bien précieuses découvertes médicales, la Chiromancie donne des aperçus remarquables sur la physiologie du nerf grand sympathique qui préside à la construction des traits gravés dans la peau ; mais il n’est pas de source de recherches plus féconde que l’étude des Tarots. Tarot, Thora, Rota, Athor, cet ensemble de lames et de nombres est sans doute un des plus purs chefs-d’œuvre de l’Initiation antique et son étude a tenté bien des chercheurs. Nous avons eu la chance il y a plus de vingt ans de retrouver la clef générale de construction du Tarot telle qu’elle était indiquée par Guillaume Postel et Eliphas Lévi, qui n’en avaient pas donné la construction. Cette construction, nous l’avons déterminée et de telle façon qu’elle répond, d’une part, intégralement au dessin de Postel, et qu’elle s’applique ensuite aux Arcanes Mineurs.
(extrait de l’Introduction)
Acheter sur Amazon

Sapho

 Auteur: Alphonse Daudet
Léon Daudet publie en 1858 un recueil de vers, Les Amoureuses, et entame la même année une liaison avec Marie Rieu, une jeune modèle aux mœurs faciles qui devient sa maîtresse officielle et qui lui inspirera le personnage du roman Sapho.
Acheter sur Amazon

Pourquoi je suis devenue théosophe

Pourquoi je suis devenue théosopheAuteur: Annie Besant
« Quelques membres du parti delà libre-pensée m’ont reproché de m’être reconnue théosophiste. De tous les hommes pourtant un libre-penseur devrait être le dernier à protester per se contre un changement d’opinion, car presque tout libre-penseur l’est devenu et tout son espoir de succès pour sa propagande en pays chrétien, c’est qu’il pourra déterminer les autres à changer comme lui. Continuellement ces messieurs reprochent au chrétien d’avoir un esprit fermé à la controverse et de ne vouloir pas écouter la raison ; mais qu’un d’entre eux découvre et reconnaisse une vérité au delà de ce qu’ils croient eux-mêmes, ils ne se plaindront pas moins du large esprit de ce libre-penseur que de l’esprit étroit du chrétien. En un mot quelques-uns de mes critiques ne tendent à rien moins qu’à créer une infaillibilité nouvelle,… »
Extrait.

Acheter sur Amazon

Une esquisse de la Théosophie

Une esquisse de la ThéosophieAuteur: C.W. Leadbater
« Des siècles durant, les hommes ont discuté, argumenté, multiplié leurs recherches au sujet de certaines grandes vérités primordiales, telles que l’existence et la nature de Dieu, ses rapports avec l’humanité, le passé et l’avenir de celle-ci. Ils ont acquis sur ces points des convictions si radicalement différentes, des croyances qu’ils ont mutuellement attaquées et ridiculisées avec tant d’amertume et d’âpreté, que dans l’esprit des masses il a fini par s’ancrer solidement une opinion des plus simplistes : à savoir que, sur de telles questions, l’on ne peut obtenir aucune certitude et que tout se borne à de vagues théories, à des spéculations nébuleuses, du sein desquelles émerge de temps à autre quelque déduction fausse, tirée de prémisses mal posées. Et contre cette opinion des foules n’ont pu prévaloir les assertions nettes et précises — mais souvent incroyables aussi — des diverses religions positives.
Est-il nécessaire d’affirmer que cette croyance populaire — que l’on s’explique, d’ailleurs, — est absolument erronée ? Il existe des faits précis et certains ; il en existe beaucoup.
La Théosophie nous les présente, mais — au contraire des Religions — elle nous les présente comme des sujets d’étude et non comme des articles de foi. Elle n’est point, par elle-même, une religion ; elle est aux religions ce que leur étaient les anciennes philosophies. Elle ne les contredit pas, elle les explique. Elle rejette comme nécessairement indigne de la Divinité, comme opposé à la Divinité, ce que l’une ou l’autre de ces religions peut renfermer d’absurde et de déraisonnable ; mais ce qu’il y a de raisonnable dans leur ensemble ou dans l’une quelconque d’entre elles, la Théosophie le prend, l’explique et le commente, combinant les vérités particulières en un tout harmonieux.
 »
Extrait de l’introduction.
Acheter sur Amazon

Gustave Le Bon et son œuvre

Gustave Le Bon et son œuvre Auteur: Edmond Picard
« J’ai beaucoup lu les œuvres de Gustave Le Bon, j’ai peu fréquenté l’homme. Insuffisamment pour le pénétrer, assez pour lui attribuer une psychologie à ma manière.
Je connais trop, par l’expérience de la vie, la différence, souvent énorme, qu’il y a entre l’être qui écrit et l’homme réel, pour croire qu’en lisant les livres,où l’on s’épanche peu, voire les lettres, où souvent on s’épanche trop, il est possible de se faire une idée exacte de l’âme ou des actions de leur auteur. Il semble que la Nature affectionne ce dédoublement bizarre qui justifie la conception latine de l’Homo Multiplex : la vie publique s’opposant à la vie privée, l’homme visible à l’homme intime.
De notre temps, on désire néanmoins être renseigné sur l’un et l’autre. Mieux que ceci : on désire savoir l’influence de l’un sur l’autre, soit comme résistance, soit comme confirmation réciproques, dans une vision d’ensemble d’ordinaire aussi difficile à dégager qu’à décrire. Une préférence, maladive ou perverse, s’affiche même pour le confidentiel de l’existence de ces surhommes à qui on suppose, souvent à tort, des dessous sans accord avec l’humanité commune et par cela même alléchants.
Je me déclare impuissant à analyser cet enchevêtrement pour Gustave Le Bon et dès lors à mon récit les indiscrétions savoureuses manqueront, sinon à sa vie les aventures cachées. A peine eus-je de celles-ci quelques rumeurs. »
Préambule (extrait).
Acheter sur Amazon

Psychologie des foules

Psychologie des foulesAuteur: Gustave Le Bon
L’époque actuelle constitue un de ces moments critiques où la pensée des hommes est en voie de se transformer.
Deux facteurs fondamentaux sont à la base de cette transformation. Le premier est la destruction des croyances religieuses, politiques et sociales d’où dérivent tous les éléments de notre civilisation. Le second est la création de conditions d’existence et de pensée entièrement nouvelles, par suite des découvertes modernes des sciences et de l’industrie.
Les idées du passé, bien qu’à demi détruites, étant très puissantes encore, et les idées qui doivent les remplacer n’étant qu’en voie de formation, l’âge moderne représente une période de transition et d’anarchie.
De cette période, forcément un peu chaotique, il n’est pas aisé de dire maintenant ce qui pourra sortir un jour. »
Extrait de l’introduction.

Acheter sur Amazon

Éloge de la folie

Spinoza et ses contemporainsAuteur: Erasme
« Un chef d’œuvre de la littérature européenne, illustré par un des plus grands maîtres du dessin, imprimé avec tout le luxe que l’on peut souhaiter : voilà bien, sans doute, de quoi charmer tous les adeptes du Livre, de quelque côté que se portent habituellement leurs préférences. Donc, artistes, littérateurs ou bibliophiles, tous y trouveront leur compte, nous en avons la ferme conviction.

Ce n’est pas en vain que nous venons de prononcer le mot de « chef-d’œuvre de la littérature européenne ». Écrit en latin, à une époque où le latin était la langue de tous les gens éclairés, l’Éloge de la Folie s’adressait à l’Europe entière, dont cet ouvrage fut longtemps la lecture favorite. Mais ce qui avait fait l’universalité de son succès fut précisément ce qui faillit le condamner à un oubli immérité.
Le latin, langue morte, un instant ressuscitée par les érudits du XVIe siècle, s’éteignit enfin pour toujours, et avec elle périrent la plupart des œuvres qui avaient imprudemment compté sur elle pour passer à la postérité. On put craindre alors que l’Eloge de la Folie ne partageât le sort commun; mais le chef-d’œuvre d’Érasme ne pouvait pas périr. Tandis que la plupart de ses écrits, ensevelis à tout jamais dans la poussière de l’oubli, sont à peine connus de nom par quelques érudits, l’Éloge de la Folie, bravant l’épreuve du temps, est presque devenu un livre populaire.
Traduit dans toutes les langues de l’Europe, il l’a été surtout en français. De toutes les traductions faites dans notre langue, la plus estimée a été jusqu’à présent celle de Barrett, publiée à Paris en 1789. Celle que nous donnons aujourd’hui est-elle préférable à ses devancières? Aux lecteurs de le décider. Nous dirons seulement qu’elle est due à M. Victor Develay, qui depuis longtemps se consacre à la traduction d’auteurs latins avec l’ardeur et la persévérance d’un véritable érudit. »
Note de la première édition

Acheter sur Amazon

Aphorismes du temps présent

Aphorismes du temps présentAuteur: Gustave Le Bon
« Ce livre a pour but de condenser en aphorismes quelques-unes des idées disséminées dans mes divers ouvrages.
Grâce à sa forme brève, l’aphorisme impressionne l’esprit et se retient facilement. Il constitue, our ces raisons, un des plus sûrs moyens de perpétuer les pensées.
La plupart de nos vérités, c’est-à-dire des idées que nous nous faisons des choses, se présentent à l’esprit sous une forme concise. L’expérience humaine fut toujours synthétisée en proverbes et sentences, qui sont les aphorismes des peuples. L’homme pense par aphorismes et se guide avec des aphorismes. L’aphorisme le dispense de longuement réfléchir avant d’agir.
Ces avantages ne sont pas sans inconvénients. L’aphorisme représente en effet la conclusion d’une démonstration que le lecteur doit chercher. »
Acheter sur Amazon

Psychologie du socialisme

Psychologie du socialismeAuteur: Gustave Le Bon
Le socialisme n’a pas manqué d’apologistes pour écrire son histoire, d’économistes pour discuter ses dogmes, d’apôtres pour propager sa foi. Les psychologues en ont jusqu’ici dédaigné l’étude, n’y voyant qu’un de ces sujets imprécis et fuyants, comme la théologie ou la politique, qui ne peuvent prêter qu’à des discussions passionnées et stériles, auxquelles les esprits scientifiques répugnent.
Il semble cependant qu’une psychologie attentive puisse seule montrer la genèse des nouvelles doctrines et expliquer l’influence qu’elles exercent aussi bien dans les couches populaires que parmi un certain nombre d’esprits cultivés. Il faut plonger jusqu’aux racines profondes des événements dont on voit se dérouler le cours pour arriver à en comprendre la floraison.
… »
Gustave Le Bon
Acheter sur Amazon

La vie de Stendhal

Spinoza et ses contemporainsAuteur: Paul Hazard
« Tout dépend de la façon. de prendre le départ, comme vous savez.
Lorsqu’Henri Beyle naquit, le 23 janvier 1783, à Grenoble ; dès qu’il cessa d’être un gros poupon chauve, grimaçant et bavant, pour bégayer ses premiers mots ; quand il perça sa première dent, mit sa première culotte, fit sa première sortie, s’instruisit pour sa première communion : toutes prêtes, vigilantes, impérieuses, l’attendaient les Puissances Régnantes et les Autorités Établies, promptes à le saisir et à le modeler, chacune à sa façon. Il y avait la vieille ville provinciale : tu marcheras droit dans les rues, car au coin de chaque fenêtre, un rideau se lève au bruit de tes pas ; tu seras sage, prudent, convenable, bien élevé ; si tu jettes un caillou, si tu voles une pomme, grand Dieu ! qu’en dira-t-on ? … — Il y avait la famille. « La Providence nous protège », disait son père, Chérubin Beyle, l’avocat au Parlement. e Elle nous envoie un garçon : qu’elle soit bénie ! » Et songeant à l’avenir, il regardait avec amour son premier né. Le petit Henri deviendrait avocat ; il finasserait avec les paysans pour gagner, volupté de la vie, dix écus sur une vente ; considéré dans sa paroisse, bien pensant, bien renté, bien marié, il serait la vivante réplique du plus intelligent et du meilleur des hommes, Chérubin. La tante Séraphie approuvait ; sauf qu’étant vieille fille, et tournant à l’aigre, elle penchait davantage pour la sévérité et pour la dévotion. »
Extrait du premier chapitre.

Acheter sur Amazon

Le pragmatisme

Le pragmatismeAuteur: William James
« Comment parler du pragmatisme après William James ? Et que pourrions-nous en dire qui ne se trouve déjà dit, et bien mieux dit, dans le livre saisissant et charmant dont nous avons ici la traduction fidèle ? Nous nous garderions de prendre la parole, si la pensée de James n’était le plus souvent diminuée, ou altérée, ou faussée, par les interprétations qu’on en donne : bien des idées circulent, qui risquent de s’interposer entre le lecteur et le livre, et de répandre une obscurité artificielle sur une œuvre qui est la clarté même.
On comprendrait mal le pragmatisme de James si l’on ne commençait par modifier l’idée qu’on se fait couramment de la réalité en général.  »
Extrait de l’Introduction de H.Bergson.
Acheter sur Amazon

Le socialisme

Le socialismeAuteur: Emile Durkheim
« Ce livre est le début d’une oeuvre qui n’a jamais été terminée. C’est la première partie d’une Histoire du socialisme, rédigée sous la forme de leçons. Le cours a été professé à Bordeaux, à la Faculté des Lettres, de novembre 1895 à mai 1896. »
Acheter sur Amazon

Mémoires olympiques

Mémoires olympiques

Auteur: Pierre De Coubertin
« Une autre source d’incompréhension existait, chez les sportifs, celle-là : l’incapacité à collaborer d’un sport à l’autre. La génération actuelle n’arrivera jamais à réaliser l’état des choses d’alors. C’est qu’à y réfléchir, en effet, l’antinomie des sports entre eux est peu explicable puisqu’ils reposent tous sur le même soubassement de joie musculaire et de développement corporel préalable. Leur piédestal psycho-physiologique est identique. Mais voilà. Les sportifs du XIXe siècle étaient profondément convaincus que la technique d’un sport, étant contraire à celle d’un autre, ils se nuisaient pratiquement entre eux. »
Acheter sur Amazon

L’éducation en Angleterre

L’éducation en Angleterre
Auteur: Pierre De Coubertin
« Ce n’est pas un traité d’éducation que je vous présente, lecteur : ce sont des impressions de voyage à travers les collèges anglais.
Il y a longtemps que je vous entends vous plaindre de la situation qui est faite aux enfants français. On leur a enlevé, dites-vous, jusqu’au privilège d’être des enfants.
On les bourre de connaissances.
On en fait des dictionnaires vivants.
On les surmène ; c’est le terme consacré. Et à force d’engraisser leur intelligence comme on engraisse les volailles, on affaiblit leurs forces physiques et on tue leur énergie morale. Voilà ce dont vous vous lamentez ; vous avez cent fois raison. Par malheur il y a sainte Routine, protectrice de l’Université, et saint Parchemin, patron du royaume de France, qui rendent inutiles vos jérémiades… »
Acheter sur Amazon

Cours de philosophie

Spinoza et ses contemporains

Auteur: Émile Durkheim
Cours de philosophie
fait au Lycée de Sens
en 1883-1884
* * *

Texte basé sur les notes prises par le philosophe André Lalande.
Bibliothèque de la Sorbonne, Manuscrit 2351.
* * *
Les caractères grecs n’étant pas accessibles, lors de la saisie, les mots grecs ne sont pas retranscrits (figure juste: [mot grec] ).

Acheter sur Amazon

William James

William James

Auteur: Emile Boutroux

L’illustre philosophe américain enlevé le 26 août dernier à sa patrie et au monde, le professeur William James, était si remarquable comme homme, indépendamment de ses doctrines, qu’il serait du plus grand intérêt d’étudier pour elle-même sa vie intérieure, son âme, son caractère, son esprit, sa parole et son style, en un mot sa personnalité. Puisse le grand écrivain Henry James, son frère, qu’il aimait si tendrement, et à qui, jusqu’à sa dernière heure, il prodigua un dévouement admirable, tracer, avec son cœur, sa puissance d’analyse et son art, ce précieux portrait ! Il nous aiderait grandement à comprendre la doctrine du philosophe. Car si, chez certains hommes, la personne et l’œuvre sont très réellement séparables, en sorte que, pour bien entendre celle-ci, il convient, sinon de se passer, du moins de se défier des indications que celle-là nous fournit, il en est tout autrement de William James. Il professait qu’une philosophie a sa racine dans la vie, non dans la vie collective ou impersonnelle de l’humanité, abstraction d’école, selon lui, mais dans la vie concrète de l’individu, la seule qui existe véritablement. Et, comme la fleur séparée de sa tige ne tarde pas à se flétrir, James pensait que la philosophie, jusque dans ses plus hardies spéculations, devait conserver son attache avec l’âme du penseur, si elle ne voulait dégénérer en un vain assemblage de mots et de concepts, dépourvu de contenu réel.
Acheter sur Amazon

Spinoza et ses contemporains

Rodin
Auteur: Léon Brunschvicg
La première partie de cet ouvrage est la troisième édition du Spinoza, que nous avions publié en 1894 d’après un Mémoire auquel l’Académie des Sciences morales et politiques avait accordé le prix Bordin (Rapport de M. Charles Waddington, Séances et Travaux, sept.-oct. 1891, pp. 386-415).
La seconde partie est formée d’articles qui ont paru dans la Revue de Métaphysique et de Morale, de 1904 à 1906 ; ils devaient, dans notre pensée, accompagner la deuxième édition du Spinoza ; mais ils n’avaient pu être achevés en temps utile, ils prennent aujourd’hui la place à laquelle ils étaient destinés.

Acheter sur Amazon

La barrière et le niveau

RodinAuteur:Edmond Goblot Goblot définit la bourgeoisie avant tout en termes de caractéristiques culturelles. La bourgeoisie est une réalité sociale en raison de sa cohésion culturelle. Afin de maintenir une supériorité qui la distingue des classes inférieures, et en l’absence de barrières légales, la bourgeoisie s’efforce de multiplier et de renouveler les moyens culturels qui la défendent de toute interpénétration.

Acheter sur Amazon

La crise de la conscience européenne

La crise de la conscience européenneAuteur:Paul Hazard
« Quel contraste ! quel brusque passage ! La hiérarchie, la discipline, l’ordre que l’autorité se charge d’assurer, les dogmes qui règlent fermement la vie : voilà ce qu’aimaient les hommes du dix-septième siècle. Les contraintes, l’autorité, les dogmes, voilà ce que détestent les hommes du dix-huitième siècle, leurs successeurs immédiats. Les premiers sont chrétiens, et les autres anti-chrétiens ; les premiers croient au droit divin, et les autres au droit naturel ; les premiers vivent à l’aise dans une société qui se divise en classes inégales, les seconds ne rêvent qu’égalité. Certes, les fils chicanent volontiers les pères, s’imaginant qu’ils vont refaire un monde qui n’attendait qu’eux pour devenir meilleur : mais les remous qui agitent les générations successives ne suffisent pas à expliquer un changement si rapide et si décisif. La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d’un coup, les Français pensent comme Voltaire : c’est une révolution.
Pour savoir comment elle s’est opérée, nous nous sommes engagés dans des terres mal connues. On étudiait beaucoup le dix-septième siècle, autrefois ; on étudie beaucoup le dix-huitième siècle, aujourd’hui. A leurs confins s’étend une zone incertaine, malaisée, où l’on peut espérer encore découvertes et aventures. Nous l’avons parcourue, choisissant pour la borner deux dates non rigoureuses : d’une part, les environs de 1680, et d’autre part, 1715. » Paul Hazard
Acheter sur Amazon

La pensée européenne au XVIIIe siècle

La pensée européenne au XVIIIe siècle: De Montesquieu à LessingAuteur:Paul Hazard « Il n’est guère de chapitre de cet ouvrage qui ne soulève des problèmes de conscience ; il n’en est guère qui n’enregistre des vibrations qui se sont prolongées jusqu’à nous. Non pas que tout commence en 1715 ; nous avons nous‑mêmes dans une précédente étude, daté des environs de 1680 les débuts de la crise de la conscience européenne ; d’autres ont montré, depuis, par quelles routes la pensée de la Renaissance rejoignait celle du dix‑huitième siècle. Mais à partir de 1715 s’est produit un phénomène de diffusion, sans égal. Ce qui végétait dans l’ombre s’est développé au grand jour ; ce qui était la spéculation de quelques rares esprits a gagné la foule ; ce qui était timide est devenu provoquant. Héritiers surchargés, l’Antiquité, le Moyen Age, la Renaissance, pèsent sur nous ; mais c’est bien du dix‑huitième siècle que nous sommes les descendants directs.
Mais le soin d’établir des rapports et de tirer des conclusions, nous le laissons à d’autres. Nous n’avons pas voulu jouer le rôle de prophète du passé ; encore moins de doctrinaire ; encore moins de partisan. Les faits, non pas tels qu’ils auraient dû être, tels qu’ils auraient pu être, mais tels qu’ils ont été : voilà seulement ce que nous avons cherché à saisir. Nous n’avons pas eu de loi plus impérieuse que de les rendre dans leur vérité objective ; nous n’avons pas eu de souci plus cher que d’être fidèle à l’histoire. »
Paul Hazard.
Acheter sur Amazon

La psychanalyse: Doctrines et applications

TLa psychanalyse: Doctrines et applicationsAuteur:René Allendy
« La psychanalyse est souvent mal comprise et il est nécessaire d’en préciser le caractère. C’est une méthode pour explorer l’inconscient dont l’originalité consiste en ce qu’elle procède par une interprétation.
La psychanalyse, en tant que clef d’interprétation ou que somme d’observations, doit être distinguée de l’édifice théorique du freudisme. Cette explication ne doit être discutée qu’en partant des faits cliniques et spécialement des guérisons obtenues.
C’est par ses résultats que la psychanalyse a pu atteindre le développement qu’elle présente aujourd’hui. » R.Allendy
René Félix Allendy, né le 19 février 1889 à Paris, mort le 12 juillet 1942 à Montpellier, est un médecin homéopathe et psychanalyste français. Il est le fondateur avec René Laforgue et Marie Bonaparte de la Société psychanalytique de Paris (SPP) en 1926. Parmi ses nombreux patients, on compta René Crevel, Anaïs Nin, Antonin Artaud et Hugh Guiler. Il s’est également intéressé aux sciences occultes.
Acheter sur Amazon

La Grèce contemporaine

La Grèce contemporaine  width=Auteur:Edmond About
Description de la Grèce en 1852 … qui déjà prédit des difficultés économiques. Un livre intéressant pour comprendre la Grèce vu par un homme de lettres et journaliste qui y passa plusieurs années au 19e.
Le début : « Le 1er février 1852, je m’embarquais à Marseille sur le Lycurgue ; le 9, je descendais au Pirée. L’Orient, qui passe pour un pays lointain, n’est pas beaucoup plus loin de nous que la banlieue : Athènes est à neuf jours de Paris, et il m’en a coûté trois fois moins de temps et d’argent pour aller voir le roi Othon dans sa capitale, …. »
Prix : 2,12 euros  Acheter sur Amazon

Le maitre des sentences

Titre
Auteur:Albert De Pouvourville

Le Maitre des sentences, publié en 1895 chez Ollendorf (Paris), relate la rencontre de deux français, le capitaine Ayries et Bally, inspecteur des affaires indigènes, avec Nguyen Luat, le Maitre des sentences, lettré imprégné de culture orientale, sur un fond de rébellion. Cet ouvrage largement inspiré de faits autobiographiques, décrit l’usage de l’opium dans les colonies, et explique un certain détachement devant la mort.
L’auteur décrit la préparation et la consommation de l’opium, qu’il consommait, dans un livre écrit sous pseudonyme :
Physique et psychique de l’opium (ASIN: B01N53CMDD)
Acheter sur Amazon

Intuitions pré-chrétiennes

Intuitions pré-chrétiennes
Auteur:Simone Weil
Les textes qui composent ce livre ont été écrits par Simone Weil du mois de novembre 1941 au 26 mai 1942.
Elle en avait fait le thème de causeries, au cours de réunions intimes .
Simone Weil étudiait alors la philosophie grecque ; elle avait formé le dessein de réunir les plus beaux écrits non chrétiens sur l’amour de Dieu.
Avant de partir pour l’Amérique, elle légua ses textes au P. Perrin.
Ils étaient joints à la lettre V de Attente de Dieu.
Acheter sur Amazon

Descartes et Pascal lecteurs de Montaigne

Titre
Auteur:Léon Brunschvicg

Chaque fois qu’il nous est arrivé de reprendre contact avec les Essais de Montaigne, nous inclinions à nous expliquer la profonde amertume de leur accent, dissimulée sous une affectation de nonchalance, par les malheurs d’une époque qui était dans notre souvenir la plus sinistre de l’histoire du pays. ….
La fortune a donné à Montaigne les lecteurs les plus assidus et les plus fervents qu’auteur ait pu souhaiter : René Descartes et Blaise Pascal.
Tous deux l’ont incorporé à leur propre substance, impatients pourtant de lui répondre, et par là de mettre à l’abri de ses critiques inexorables les principes de leurs convictions. L’étude parallèle de leurs réponses, radicalement divergentes et en même temps étroitement solidaires l’une de l’autre, nous a semblé offrir une chance sérieuse de préciser les termes du problème auquel la pensée française s’est attachée à l’issue du Moyen Âge et d’en définir les caractères essentiels.

L.Brunschvicg

Leçons de sociologie

Leçons de sociologie Auteur:Emile Durkheim
Cours de sociologie dispensés à Bordeaux entre 1890 et 1900 par Emile Durkheim. « La physique des mœurs et du droit a pour objet l’étude des faits moraux et juridiques. Ces faits consistent en des règles de conduite sanctionnée. Le problème que se pose la science est de rechercher :

1° Comment ces règles se sont constituées historiquement, c’est-à-dire quelles sont les causes qui les ont suscitées et les fins utiles qu’elles remplissent.

2° La manière dont elles fonctionnent dans la société, c’est-à-dire dont elles sont appliquées par les individus. » Extrait de la premier leçon. Les leçons :
– la morale professionnelle,
– la morale civique (définition de l’état, rapport de l’état et de l’individu,L’état et l’individu. formes de l’état, la démocratie, la patrie);
– devoirs généraux indépendants de tout groupement ;
– Le droit de propriété ;
– droit contractuel ;
– morale contractuelle.

Acheter sur Amazon

L’éternité par les astres

Titre Auteur:Auguste Blanqui
L’univers tout entier est composé de systèmes stellaires. Pour les créer, la nature n’a que cent corps simples à sa disposition. Malgré le parti prodigieux qu’elle sait tirer de ces ressources et le chiffre incalculable de combinaisons qu’elles permettent à sa fécondité, le résultat est nécessairement un nombre fini, comme celui des éléments eux-mêmes, et pour remplir l’étendue, la nature doit répéter à l’infini chacune de ses combinaisons originales ou types.
Tout astre, quel qu’il soit, existe donc en nombre infini dans le temps et dans l’espace, non pas seulement sous l’un de ses aspects, mais tel qu’il se trouve à chacune des secondes de sa durée, depuis la naissance jusqu’à la mort. Tous les êtres répartis à sa surface, grands ou petits, vivants ou inanimés, partagent le privilège de cette pérennité.
La terre est l’un de ces astres. Tout être humain est donc éternel dans chacune des secondes de son existence. Ce que j’écris en ce moment dans un cachot du fort du Taureau, je l’ai écrit et je l’écrirai pendant l’éternité, sur une table, avec une plume, sous des habits, dans des circonstances toutes semblables. Ainsi de chacun.
A.Blanqui.

Acheter sur Amazon

Qu’est-ce qu’une nation ?

Qu'est-ce qu'une nation ? Auteur:Ernest Renan
Je me propose d’analyser avec vous une idée, claire en apparence, mais qui prête aux plus dangereux malentendus. Les formes de la société humaine sont des plus variées. Les grandes agglomérations d’hommes à la façon de la Chine, de l’Égypte, de la plus ancienne Babylonie ; ― la tribu à la façon des Hébreux, des Arabes ; ― la cité à la façon d’Athènes et de Sparte ; ― les réunions de pays divers à la manière de l’Empire carlovingien ; ― les communautés sans patrie, maintenues par le lien religieux, comme sont celles des israélites, des parsis ; ― les nations comme la France, l’Angleterre et la plupart des modernes autonomies européennes ; ― les confédérations à la façon de la Suisse, de l’Amérique ; ― des parentés comme celles que la race, ou plutôt la langue, établit entre les différentes branches de Germains, les différentes branches de Slaves ; ― voilà des modes de groupements qui tous existent, ou bien ont existé, et qu’on ne saurait confondre les uns avec les autres sans les plus sérieux inconvénients. À l’époque de la Révolution française, on croyait que les institutions de petites villes indépendantes, telles que Sparte et Rome, pouvaient s’appliquer à nos grandes nations de trente à quarante millions d’âmes. De nos jours, on commet une erreur plus grave : on confond la race avec la nation, et l’on attribue à des groupes ethnographiques ou plutôt linguistiques une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existants. Tâchons d’arriver à quelque précision en ces questions difficiles, où la moindre confusion sur le sens des mots, à l’origine du raisonnement, peut produire à la fin les plus funestes erreurs. Ernest Renan
Acheter sur Amazon

Les Entretiens de Confucius

Tao Te KingAuteur:Edouard Chavannes Présentation de Confucius par Edouard Chavannes
Les Entretiens traduits par Guillaume Pauthier, orientaliste et poète français. »Le philosophe KHOUNG-TSEU a dit : Celui qui se livre à l’étude du vrai et du bien, qui s’y applique avec persévérance et sans relâche, n’en éprouve-t-il pas une grande satisfaction ? N’est-ce pas aussi une grande satisfaction de voir arriver près de soi, des contrées éloignées, des hommes attirés par une communauté d’idées et de sentiments ? Être ignoré ou méconnu des hommes, et ne pas s’en indigner, n’est-ce pas le propre de l’homme éminemment vertueux ? » extrait.
Prix : 1,79 euros  Acheter sur Amazon

Les enseignements secrets de la Gnose

Tao Te KingAuteur:(A. de Pouvourville alias Matgioi) Simon, (L. Champrenaud) Théophane« On sait ce que fut, dans la suite des temps, l’enseignement gnostique. On sait aussi comment après un silence et un recueillement prolongés, les gnostiques, vers 1880, ont recommencé à agir et à se réunir. Mais la rénovation d’un enseignement, comme l’enseignement gnostique, qui comprend une doctrine, une liturgie, un rite, une esthétique, ne peut se faire que par la reconstitution de sa philosophie traditionnelle.
De sérieux efforts ont, depuis longtemps, été faits en ce sens. Et, après plusieurs années d’un travail assidu, auquel coopérèrent les meilleurs esprits, l’enseignement gnostique se trouve aujourd’hui complet et reconstitué. Sous une forme malléable, et qui s’accommode aux temps présents et à l’évolution des tendances générales de l’humanité, cet enseignement est issu de la source traditionnelle la plus pure et la plus ancienne ; et l’on peut considérer qu’il est le résumé fidèle de tout ce qui a été découvert et indiqué par les maîtres gnostiques de toutes les époques.
Nous présentons ici les bases de cet enseignement. Nous précisons tout d’abord qu’elles ne renferment rien de secret au sens littéral du mot, mais que cet enseignement a un sens occulte complet, que comprendront seuls ceux qui s’attacheront profondément aux études gnostiques. Ainsi, les travaux qui suivent sont nécessaires pour entrer dans la compréhension des symboles et dans l’intellection des arcanes ». Avertissement.
« On sait ce que fut, dans la suite des temps, l’enseignement gnostique. On sait aussi comment après un silence et un recueillement prolongés, les gnostiques, vers 1880, ont recommencé à agir et à se réunir. Mais la rénovation d’un enseignement, comme l’enseignement gnostique, qui comprend une doctrine, une liturgie, un rite, une esthétique, ne peut se faire que par la reconstitution de sa philosophie traditionnelle.
De sérieux efforts ont, depuis longtemps, été faits en ce sens. Et, après plusieurs années d’un travail assidu, auquel coopérèrent les meilleurs esprits, l’enseignement gnostique se trouve aujourd’hui complet et reconstitué. Sous une forme malléable, et qui s’accommode aux temps présents et à l’évolution des tendances générales de l’humanité, cet enseignement est issu de la source traditionnelle la plus pure et la plus ancienne ; et l’on peut considérer qu’il est le résumé fidèle de tout ce qui a été découvert et indiqué par les maîtres gnostiques de toutes les époques.
Nous présentons ici les bases de cet enseignement. Nous précisons tout d’abord qu’elles ne renferment rien de secret au sens littéral du mot, mais que cet enseignement a un sens occulte complet, que comprendront seuls ceux qui s’attacheront profondément aux études gnostiques. Ainsi, les travaux qui suivent sont nécessaires pour entrer dans la compréhension des symboles et dans l’intellection des arcanes ». Avertissement.
Prix : 2,76 euros  Acheter sur Amazon

La voie métaphysique

La Voie RationnelleAuteur:A. de Pouvourville) Matgioi
« Je dois essayer ici d’ouvrir au vingtième siècle occidental ce trésor caché depuis cinq mille années, et ignoré même par quelques-uns de ses gardiens. Mais je veux d’abord établir les principaux caractères de cette tradition, grâce auxquels elle apparaît comme Tradition Première, et par suite véritable, et surtout déterminer, par la preuve humaine et tangible que nous laissèrent leurs auteurs, comment les monuments de cette tradition remontent à une époque, où, dans les forêts qui couvraient alors l’Europe et même l’occident de l’Asie, les ours et les loups ne se distinguaient guère des hommes, comme eux couverts de poils et mangeurs de chair crue.
Lorsque Fohi, cet empereur énigmatique, écrivit, trois mille sept cents ans avant Jésus Christ, c’est-à-dire deux mille trois cents ans avant Moïse, les arcanes métaphysiques et cosmogoniques qui servirent de trame au Yiking, il déclara tirer très respectueusement son enseignement du passé, en le déclarant très savant, très prudent, et très difficile à déterminer.
Et, dit-il, il comprend qu’un jour, pour les races futures, son époque sera un passé pareillement abstrus et difficile à préciser.
Il date donc son œuvre, non pas d’une époque conventionnelle ou d’un nom de souverain dont le temps effacera la célébrité et jusqu’à la mémoire, mais bien d’un état solaire et stellaire, qu’il décrit dans tous les détails, et auquel, sans erreur possible, les astronomes de l’avenir pourront assigner une chronologie. Ainsi, tandis que les patriarches hébraïques donnent, parmi les plus gros livres et les travaux les plus revêches, un mal bien inutile aux bénédictins, il suffit, pour connaître la date exacte de Fohi et de son Yiking, de mettre une lunette aux mains d’un des innombrables disciples de M. Camille Flammarion. Sans doute Fohi ne craignait ni le contrôle ni le démenti de la postérité. Et nous insistons sur cette précaution merveilleuse, non seulement pour montrer à quelle perfection était, à ces époques, parvenue la science de l’Astronomie, mais pour faire comprendre, d’un trait, l’esprit pratique, ingénieux, logique et sans nuages, que possédaient déjà les mages chinois d’il y a cinq mille années, esprit qui les distingue de tous les réformateurs de peuples, lesquels, venus plus tard sur la terre, ne vécurent cependant que de légendes et n’écrivirent que des paraboles. » Matgioi.
Prix : 2,87 euros  Acheter sur Amazon

Théosophie: suivi de Chemins vers la connaissance de soi

La Voie RationnelleAuteur:Rudolph Steiner
 » « En 1918, avant que ne parût la neuvième édition de cet ouvrage, je l’ai soigneusement révisé. Depuis cette époque la conception
anthroposophique
du monde que j’y ai exposée a été combattue dans de nombreux écrits. En 1918, j’ai fait à cet ouvrage de multiples additions et j’en ai développé plusieurs points. »
« Beaucoup d’entre nous s’imaginent, pendant un certain temps, avoir trouvé la solution des énigmes de l’existence dans les « données de la science exacte » et dans les déductions de maint penseur moderne. Mais si l’âme pénètre jusque dans les profondeurs où l’entraîne forcément une véritable compréhension d’elle-même, alors les faits qui lui sont apparus d’abord comme une solution ne font plus que soulever la véritable question. Or, répondre à cette question-là, ce n’est pas simplement satisfaire une curiosité, c’est donner à l’âme le calme intérieur et le sang-froid. L’homme qui, par ses propres efforts, a trouvé cette réponse, non seulement a satisfait son besoin de connaître, mais s’est rendu apte à travailler et à remplir les devoirs que la vie lui présente. S’il ne trouvait pas de solution à ces problèmes, il se sentirait, au contraire, paralysé ; d’abord moralement puis même, physiquement. La connaissance des vérités suprasensibles, en effet, ne répond pas seulement à des besoins théoriques, elle favorise la pratique de la vie. Voilà pourquoi, précisément à cause du caractère particulier que revêt de nos jours la vie intellectuelle, il est indispensable que la science spirituelle ait sa place dans le domaine de la connaissance. » Rudolph Steiner.
Prix : 2,76 euros  Acheter sur Amazon

La Voie Rationnelle

La Voie RationnelleAuteur:A. de Pouvourville) Matgioi
« Le système philosophique de Laotseu – et c’est là ce qu’il importe de déterminer – ne s’inspire donc ni du Bouddhisme, ni du Lamaïsme, ni même du Christianisme, ainsi que le prétendirent tels zélés missionnaires, et, après eux, l’excellent M. Abel Rémusat, membre de l’Institut. L’enseignement de Laotseu est issu de la seule tradition primordiale, pieusement conservée par les Jaunes, et dont l’expression la plus exacte est le Yiking. Telle est la vérité. Nous pouvons à présent nous distraire à la légende. » Matgioi.

Prix : 2,86 euros  Acheter sur Amazon

Physique et psychique de l’opium

Physique et psychique de l’opiumAuteur: A. de Pouvourville) Nguyen Te Duc
Un livre très précis d’un connaisseur, de l’Orient et de l’opium. Décrit sa fabrication, son utilisation et ses effets.Il fumait lui-même de l’opium (voir MAgioi, un aventurier taoiste, de JP.Laurent) de façon discrète.
Il n’en fait pas, par contre, l’apologie dans cet ouvrage, mais décrit de façon précise…
Le contexte :
« Au début du xxe siècle, non seulement l’opium était légal, mais la Chine avait été contrainte d’en produire (lors des deux guerres de l’opium). En 1906, plus de 40 000 tonnes d’opium étaient fabriquées, principalement en Chine (85% de la production4) et en Inde. »
« Durant toute la période de colonisation en Indochine Française, c’est l’État, par l’intermédiaire de la Régie de l’opium (R.O), qui s’était assuré le monopole de la production (la fabrique s’appelait une « bouillerie ») et de la vente de l’opium, en tirant de substantiels bénéfices qui constituaient une part importante du budget de la colonie. « . Source fiche wikipedia consultée le 12 novembre 2016.
Prix : 2,76 euros  Acheter sur Amazon

Les représentants de l’humanité

Le livre du théAuteur:Ralph Waldo Emerson
« Ces essais sont traduits presque mot à mot, et les tournures anglaises, souvent même particulières à Emerson sont soigneusement conservées, ainsi que l’enchaînement plus ou moins suivi des idées, il en résulte une certaine bizarrerie de style et de composition qui pourra étonner le lecteur, mais qui lui donnera un reflet plus exact de l’originalité si personnelle de l’auteur. » E.D.
Prix : 3,32 euros  Acheter sur Amazon

Le livre du thé

Le livre du théAuteur:Okakura Kakuzo
« Avant de devenir un breuvage, le thé fut d’abord une médecine.
Ce n’est qu’au huitième siècle qu’il fit son entrée, en Chine, dans le royaume de la poésie, comme une des distractions élégantes du temps. Au quinzième siècle, le Japon l’ennoblit et en fit une religion esthétique, le théisme.
Le théisme est un culte basé sur l’adoration du beau parmi les vulgarités de l’existence quotidienne. Il inspire à ses fidèles la pureté et l’harmonie, le mystère de la charité mutuelle, le sens du romantisme de l’ordre social. Il est essentiellement le culte de l’Imparfait, puisqu’il est un effort pour accomplir quelque chose de possible dans cette chose impossible que nous savons être la vie.
La philosophie du thé n’est pas une simple esthétique dans l’acception ordinaire du terme, car elle nous aide à exprimer, conjointement avec l’éthique et avec la religion, notre conception intégrale de l’homme et de la nature. C’est une hygiène, car elle oblige à la propreté ; c’est une économie, car elle démontre que le bien-être réside beaucoup plus dans la simplicité que dans la complexité et la dépense ; c’est une géométrie morale, car elle définit le sens de notre proportion par rapport à l’univers. Elle représente enfin le véritable esprit démocratique de l’ExtrêmeOrient en ce qu’elle fait de tous ses adeptes des aristocrates du goût. »
Okakura Kakuzo.
Prix : 1,89 euros  Acheter sur Amazon

Le Taoïsme et les sociétés secrètes chinoises

La vie de Vivekananda et l'évangile universelAuteur: A. de Pouvourville (Matgioi)
Albert de Pouvourville (Matgioi) est Issu d’une famille de tradition militaire, il participa à des expéditions françaises en Chine, et y occupa plusieurs fonctions militaires et administratives. Ses séjours prolongés au Tonkin et dans diverses provinces lui permirent de pénétrer l’esprit chinois. Il ne tarda pas à rencontrer un maître taoïste qui le prépara à recevoir l’initiation dans une société secrète chinoise, ce qui arriva peu après. Albert de Pouvourville prit alors le nom de Matgioi, « œil du jour ». Matgioi revint ensuite en Occident et entreprit de diffuser (dans la mesure où cela était possible) l’enseignement du taoïsme, à l’encontre des orientalistes. Il expose ainsi, notamment dans la Voie métaphysique et la Voie rationnelle, les doctrines taoïstes, au point de vue principiel comme dans leurs applications diverses. Il est également l’auteur de plusieurs études sur la Chine et sur les colons français en Asie.(source Wikipedia)
Prix : 2,96 euros  Acheter sur Amazon